Régie ou délégation, le débat continue

Le 13 novembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
-goutte_eau
-goutte_eau

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, souhaite que la totalité du circuit de l’eau soit gérée par un seul opérateur public. Une annonce qui relance le débat sur les modes de gestion.

Comment l'eau parisienne sera-t-elle gérée à partir de 2009? L'actuel maire socialiste Bertrand Delanoë a annoncé la couleur sur son blog de campagne. S'il est réélu en 2008, une régie municipale sera rapidement en charge des services de l'eau. D'autres candidats socialistes pourraient lui emboîter le pas, le retour aux régies publiques ayant été l'une des mesures proposées par le parti de gauche lors de la dernière campagne présidentielle.

La candidate UMP Francoise de Panafieu a jugé la déclaration de son adversaire «purement dogmatique». Elle demande qu'un audit soit réalisé par un organisme indépendant pour permettre «d'éclairer sereinement et avec objectivité le choix politique à venir entre les différentes hypothèses de gestion».

A Paris, la production, le transport et le stockage de l'eau sont gérés par la société d'économie mixte municipale Eau de Paris. La distribution, qui représente 20% du montant de la facture, est assurée par les délégataires privés Lyonnaise des eaux (groupe Suez) et Veolia eau. Contrôle et pilotage sont réalisés par la ville et la Sem. «En clair, une goutte d'eau peut changer d'opérateur, et donc de responsable, jusqu'à une demi-douzaine de fois entre l'usine où elle a été produite et le robinet du consommateur final», précise Bertrand Delanoë. «Avoir un seul opérateur permettrait de réinvestir tous les bénéfices dans la gestion de l'eau et de limiter l'augmentation du prix. Une régie n'a pas à rémunérer des actionnaires», estime Philippe Burguière, conseiller à la présidence d'Eau de Paris.

Les contrats de Veolia et Lyonnaise des eaux doivent prendre fin en 2009. Une première étape vers la remunicipalisation a déjà été marquée en mars lorsque le Conseil de Paris a voté pour leur sortie du capital d'Eau de Paris.

Du côté des deux délégataires, on se refuse à tout commentaire sur la déclaration du candidat Delanoë. «Nous sommes dans un rapport de contrôlé à contrôlant. Nous restons attentifs, et contents car le maire a souligné que le prix de l'eau à Paris est inférieur à la moyenne nationale», indique Hélène Valade, directrice du développement durable à la Lyonnaise des eaux. «Nous souhaitons que nos performances soient mises en avant. Depuis 1984, le rendement du réseau que nous exploitons est passé de 78 à 95%. Il faut assumer le fait que des marges puissent exister!», ajoute-t-elle.

Ailleurs en France, le prix de l'eau fait aussi débat. «La détermination du prix ne dépend pas du mode de gestion. Ainsi, dans certaines régions, les traitements de l'eau que l'on nous a confiés sont plus chers à cause de la mauvaise qualité de la ressource»,souligne Hélène Valade. Le 29 octobre, l'UFC Que choisir annonçait que sur 19 villes françaises étudiées, les 4 où les marges sur le prix de l'eau sont le moins élevées ont une gestion en régie municipale. L'association jugeait «extrêmement élevée» la marge réalisée à Lyon, et quelques jours plus tard, une baisse du prix de 16% dès janvier 2008 était annoncée dans cette même ville. Selon le délégataire concerné, Veolia eau, il n'y a aucun lien entre les deux événements, s'agissant d'un «accord avec les conclusions de la commission tripartite mise en place dans le cadre de la révision quinquennale du contrat de gestion de l'eau potable du Grand Lyon».

A Grenoble (mairie socialiste), où le prix est l'un des plus bas de France, la ressource est de très bonne qualité, d'où l'absence de besoin d'une usine de production d'eau. En 2000, une régie a succédé à une Sem et à une délégation de service, et elle déclare aujourd'hui être en contact avec Paris pour témoigner sur le changement de gestion. Selon Vincent Fristot, président de la régie des eaux de Grenoble, le rendement du réseau a été considérablement augmenté, et la surveillance des captages en lien avec les communes voisines est facilitée.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus