Réduire vite la demande d'électricité, c'est possible

Le 08 juin 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Deux mois après la publication de son précédent rapport sur les moyens rapidement efficaces de réduire notre demande de pétrole, l’Agence internationale de l’Energie récidive. Mais cette fois, l’agence de l’OCDE entend nous rappeler comment faire très vite des économies d’électricité.

Publié hier mardi, le rapport «Saving electricity in a hurry» (économiser l'électricité rapidement) recense toutes les méthodes qui ont été récemment utilisées par de grands pays industrialisés pour éviter de sérieux black out. Sans elles, la région de Tokyo (privée des centrales nucléaires de Tepco) et le Brésil assoiffé par la sécheresse de 2001 auraient dû passer à la bougie. Et pourtant ni le Japon, ni le Brésil n'ont été plongés dans le noir. Ailleurs, comme en Californie, au Canada, en Scandinavie ou en Nouvelle-Zélande on a su agir très vite pour éviter que des «rolling black out» ne se transforment en coupures définitives.

Adaptées à leur contexte, ces politiques diffèrent évidemment les unes des autres. Dans le Golden State, les consommateurs particulièrement économes se sont vu accorder des rabais sur leur facture. Les services californiens de la voirie ont remplacé un million de lampes à incandescence des feux de la circulation par des diodes électroluminescentes (LED). Ce qui a permis d'économiser une production équivalente à celle d'une centrale de 60 mégawatts. En Nouvelle-Zélande, des spots télévisés conseillaient aux mélomanes amateurs de douche de privilégier les petites... chansons aux longues. A Tokyo, une ambassadrice de Tepco expliquait, chaque jour, aux millions de téléspectateurs la situation électrique et les moyens concrets de réduire la consommation de courant.

La généralisation des LED californiennes mise à part, ces campagnes n'ont nécessité aucune nouvelles technologies. «La meilleure méthode reste la sensibilisation du public grâce aux médias», reconnaît d'ailleurs le rédacteur du rapport, Alan Meier. A l'approche d'un été, peut-être caniculaire, la mise à la disposition d'une telle boîte à outils de MDE tombe à pic. Elle pourrait permettre à nos électriciens de nous rappeler les gestes qui sauvent sans devoir arroser leur centrales ni grever les budgets de communication de l'Ademe.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus