Réduction des émissions de l’aviation : les solutions anglaises

Le 14 octobre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Devra-t-on aussi taxer les billets d'hydravion?
Devra-t-on aussi taxer les billets d'hydravion?
VLDT

Avec notamment une taxation progressive des billets d’avion.

 

Les Britanniques semblent vouloir prendre à bras le corps le problème des émissions croissantes de gaz à effet de serre de l’aviation civile. Les scientifiques britanniques, du moins.

Dans un rapport commandité par le comité sur le changement climatique (CCC)[1], et publié ce lundi 14 octobre, un chercheur de l’Imperial College de Londres propose des moyens pour changer les comportements climaticides de ses contemporains. A commencer par les trop fréquents voyages en avion.

Suppression des Miles

Les mesures proposées par Richard Carmichael sont de deux types: commerciales et fiscales. Dans le premier lot figure notamment l’abandon des pratiques incitant à prendre fréquemment l’avion, comme les cartes d’abonnement cumulant les Miles parcourus. Avec à la clé, la promesse de voyages gratuits une fois le tour de la terre bouclé plusieurs fois.

Dans un autre ordre d’idée viennent les systèmes de taxation. Un récent sondage montre qu’une (légère) majorité de Britanniques est favorable à une certaine taxation carbone des billets d’avion. A quelques conditions.

La mesure devra sembler juste au plus grand nombre. C’est à dire qu’elle devra frapper plus sévèrement les grands voyageurs (qui sont aussi ceux qui disposent des plus hauts revenus)[2] que la famille qui ne prend qu’une fois l’avion l’an pour se rendre en vacances.

taxation juste

L’assiette devra évoluer en fonction de l’impact sur le climat du voyage. Traduction: taxer plus lourdement un aller-retour Londres-Melbourne que trois voyages simples entre Dublin et Glasgow, nettement moins carboniques que le premier voyage.

Parce qu’il émet jusqu’à 7 fois de CO2 plus par passager transporté qu’un billet en classe économique, le ticket de première classe devra lui aussi être plus lourdement taxé.

Last but not least, l’étude souligne que cette taxation sera d’autan mieux acceptée que son produit financera, par exemple, les recherches sur la décarbonation … de l’aviation civile.



[1] Le CCC conseille le gouvernement britannique sur sa politique en matière de lutte contre le changement climatique.

[2] Les 15% des Britanniques les plus aisés réa          lisent 70% des voyages sur les compagnies aériennes britanniques.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus