Recycler plus de papier, c’est pas plus cher

Le 03 décembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Système de tri optique Boreas : l'une des deux machines mises en oeuvre à Vert-le-Grand.
Système de tri optique Boreas : l'une des deux machines mises en oeuvre à Vert-le-Grand.
Pellenc Technologies

La France recycle moins de la moitié de ses papiers. Raison pour laquelle, souvent sous l’égide d’Ecofolio, elle teste de nouvelles organisations de tri. La dernière en date n’est pas la moins intéressante.

Suite un appel à projets lancé en 2012 par l’éco-organisme, la Semardel a renforcé l’affinage du tri des papiers bureautique de son centre de tri de Vert-le-Grand (40.000 tonnes par an de capacités). Pour ce faire, la société mixte assurant collecte, traitement et valorisation des déchets de 129 communes de l’Essonne a équipé l’une de ses lignes de tri de deux systèmes de tri optique, conçus par Pellenc Selective Technologies.

Deux années de tests

Deux ans après le lancement de l’expérimentation, les résultats ont été présentés, ce mercredi 3 décembre, durant le salon Pollutec. En affinant la qualité de tri des papiers, le nouveau dispositif permet d’extraire de 600 à 700 t de papier bureautique par an. «Nous parvenons à extraire 65% du gisement. Avec le produit de la vente de ces papiers et le soutien d’Ecofolio nous payons l’amortissement et la maintenance des machines», se réjouit Denis Chrétien, chef de projet à la Sémardel.

Sur-tri automatisé

Autre motif de satisfaction: ce sur-tri automatisé a permis de déplacer des opérateurs de tri opérant sur la ligne de papier sur d’autres lignes de tri, renforçant d’autant la performance globale du centre de tri. «Une fois que les consignes de tri demanderont à la population de trier les papiers bureautique, on peut s’attendre à un accroissement de ce flux», souligne Fabrice Van Kote, directeur de la communication d’Ecofolio. A terme, la Semardel espère pouvoir envoyer 1.000 t de papier bureautique par an en papeterie. De quoi rendre l’opération définitivement rentable. Encore à l’essai, ce développement technologique semble réservé à des centres de tri d’au moins 30.000 t de capacité annuelle.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus