Réchauffement: l’effet pergélisol réduit le budget carbone

Le 09 juillet 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le permafrost, un risque d'emballement climatique
Le permafrost, un risque d'emballement climatique

Le budget carbone pour limiter la hausse thermique à +2°C est plus chiche qu’on ne le pensait: en tenant compte des effets rétroactifs dus à la fonte du pergélisol, il serait réduit d’environ 10%, révèle une étude britannique publiée lundi 9 juillet dans Nature Geoscience.

 

Dans leur étude de modélisation, l’équipe de Stephen Sitch, de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) estime qu’il nous reste entre 464 et 568 gigatonnes de carbone à émettre avant d’atteindre le seuil fatidique de 2°C, soit entre 15 et 20 ans d’émissions au rythme actuel (environ 30 GtC/an). Du moins sans compter les effets qu’aura le réchauffement sur les puits de carbone naturels, en particulier les zones humides et le pergélisol.

Fragilisées par la hausse de température, ceux-ci devraient eux-mêmes contribuer, de manière croissante, aux émissions de gaz à effet de serre, en particulier de méthane. Un effet de rétroaction positive que la climatologie a encore du mal à quantifier, mais qui devrait s’avérer une véritable bombe climatique.

Plus marqué pour un réchauffement à +1,5°C

Selon les chercheurs, cet effet amoindrirait donc le budget carbone, et pas qu’un peu: il pourrait être diminué de 52 à 57 gigatonnes de carbone (GtC), soit entre 9% et 13%, l’équivalent de deux ans d’émissions au rythme actuel. Cet effet serait encore plus marqué pour un budget carbone limité à un réchauffement de 1,5°C, avec une baisse des émissions anthropiques comprises entre 17% et 23%.

«Ces résultats ne valent que pour des trajectoires transitoires d’émission à l’horizon 2100, et ne tiennent pas compte des conséquences à plus long terme qu’auront ces rétroactions. Ces effets des zones humides et du pergélisol doivent être pris en compte dans les évaluations des trajectoires d’émissions visant à limiter le réchauffement», conclut l’équipe.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus