Réchauffement: l’amplification arctique bat son plein

Le 09 juin 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Groenland chamboulé par le réchauffement
Le Groenland chamboulé par le réchauffement
DR

Au cours de l’été 2015, le nord-ouest du Groenland a connu un niveau élevé de fonte, conséquence directe d’une «amplification arctique» du réchauffement mondial, révèle une étude publiée jeudi 9 juin dans la revue Nature Communications.

L’amplification arctique, à savoir le réchauffement plus rapide du pôle nord, s’explique par la fonte de la banquise. Celle-ci devenant plus prononcée du fait de la hausse mondiale des températures, une plus grande surface marine est mise à nu. De couleur plus sombre que la glace, la mer absorbe plus de chaleur, entraînant une hausse accrue de la température.

Les conséquences atmosphériques de cette amplification sont encore peu connues. L’une des hypothèses implique que, du fait d’un rapprochement des températures entre le pôle et les régions tempérées, le jet-stream ralentisse et connaisse plus d’oscillations. Or ce rapide courant d’air d’altitude a pour effet de séparer les masses polaires d’air froid de celle, plus chaudes, des régions tempérées. A moindre vitesse, cette barrière devient plus poreuse.

Une forte remontée d’air chaud

C’est exactement ce qui est survenu au cours de l’été 2015, notent Marco Tedesco, de l’université de Columbia (New York), et ses collègues américains et britanniques. Selon leur étude publiée dans Nature Communications, une remontée inhabituelle d’air chaud, du fait de la perturbation du jet-stream, serait responsable d’une fonte prononcée du nord-ouest du Groenland, débutée en juin 2015.

Dans le même temps, la bordure nord du jet-stream a dépassé le seuil des 76°, soit 2° plus au nord que son précédent record de 2009. A l’inverse, ce phénomène de fonte accélérée au nord du Groenland aurait au contraire inhibé celle dans la partie sud, qui a connu plus de neige que d’autres années.

L’été 2016 n’augure pour l’instant rien de bon: selon l’un des auteurs de l’étude, Thomas Mote, de l’université de Géorgie, «le Groenland a débuté tôt sa saison de fonte, début avril, de manière comparable à 2012. L’été de cette année a connu un record de fonte, mais il est encore trop tôt pour affirmer que cela sera aussi le cas en 2016».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus