Réchauffement climatique: le froid ne tuera pas moins

Le 22 mai 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Moins de grand froid
Moins de grand froid
DR

C’est presqu’une lapalissade: le réchauffement climatique devrait entraîner une hausse de la mortalité liée aux canicules. Or contrairement à ce que l’on pouvait espérer, cet effet ne sera probablement pas compensé par des hivers plus doux, révèle une étude publiée dans le Lancet.

Durant l’été 2003, la canicule européenne a fait environ 70.000 morts, dont 15.000 rien qu’en France. Un bel aperçu de ce qui pourrait nous attendre au cours du XXIe siècle, du fait du réchauffement climatique.

Pourtant, difficile de dire quel sera l’effet global de la température sur la mortalité: dans son 5e rapport, publié en 2014, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) prévoit que les décès liés à la chaleur pourraient certes augmenter au cours du XXIe siècle, mais que ceux dus au froid devraient diminuer dans certaines régions du monde.

Dès lors, il est délicat de prédire dans quelle mesure le froid tiédira le chaud. D’autant que si la plupart des études portent sur les courts épisodes de température extrême, on en sait très peu sur les longues périodes modérément chaudes ou froides, bien plus fréquentes et entraînant probablement plus de morts dans l’absolu.

Le froid tue 20 fois plus

Menée sur plus de 74 millions de décès recensés entre 1985 et 2010 dans 13 pays [1], l’étude publiée par Antonio Gasparrini, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, et ses collègues montre que seules 0,86% des morts, pour la plupart d’ordre cardiovasculaire et respiratoire, sont liées à des températures extrêmes, tandis que 6,66% surviennent lors de périodes plus modérées.

Autre enseignement, le froid tue 20 fois plus que la chaleur. Et particulièrement les longues périodes de froid modéré, tandis que le grand froid, ponctuel, a un effet négligeable, avec un faible nombre de décès. Quant à la chaleur, les canicules engendrent certes un plus grand risque, mais elles ne causent au final pas plus de décès qu’une chaleur moins étouffante mais qui n’en finit plus.

Dès lors, quel sera l’effet du réchauffement climatique sur la mortalité? Probablement défavorable, estiment Keith Dear et Zhan Wang, chercheurs à l’université Duke Kinshan (Chine), dans un éditorial. Les décès liés à la canicule et à la chaleur vont forcément s’accroître. Quant à ceux dus au froid, ils ne devraient pas diminuer tant que cela, en raison de l’effet prépondérant du froid modéré sur la mortalité.

[1] Australie, Brésil, Canada, Chine, Italie, Japon, Corée du Sud, Espagne, Suède, Taïwan, Thaïlande, Royaume-Uni, Etats-Unis.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus