Recharge précoce des nappes phréatiques

Le 25 septembre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Etat des nappes au 1er septembre 2014
Etat des nappes au 1er septembre 2014

La très grande majorité des réservoirs affiche, au 1er septembre, un niveau normal ou supérieur à la normale, selon le dernier état des nappes souterraines publié ce 25 septembre par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Si 87% des réservoirs disposent d’un niveau favorable dans le bassin Adour-Garonne, l’ouest, la vallée du Rhône, l’Alsace ou le bassin Artois-Picardie, c’est en raison des fortes précipitations qui ont touché un grand quart nord-ouest en août, à des niveaux largement au-dessus des normales. Plus largement, une majorité du territoire a connu des pluies plus fortes, excédentaires en moyenne de 50%.

Un bémol toutefois: la situation est plus contrastée dans les aquifères du sud et du sud-est et dans les nappes de l’est du bassin parisien jusqu’à la Champagne et la Lorraine. Elle est même critique dans le Languedoc-Roussillon. Au total, 10% des réservoirs ont des niveaux inférieurs à la normale et 3% très inférieurs.

Le niveau à la baisse est en train de se résorber avec seulement 45% des points concernés fin août, contre 57% fin juillet. La période de bascule vers la recharge des nappes a donc démarré, de façon plus précoce que les années précédentes. L’an dernier, à la même date, 77% des points de mesure étaient encore en régression. Aujourd’hui, 27% d’entre eux sont déjà en hausse et 29% en état stable.

Les eaux souterraines sont précieuses. Dans l'hexagone, elles fournissent 60% de l'alimentation en eau potable, selon l'établissement public qui scrute leur évolution à partir de 1.200 points de mesure.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus