Recharge insuffisante des nappes phréatiques françaises

Le 20 avril 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bilan des nappes souterraines au 1er avril 2017
Bilan des nappes souterraines au 1er avril 2017

54% des nappes phréatiques affichent un niveau inférieur ou très inférieur à la moyenne, selon un bilan publié ce 20 avril par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Manque de pluie oblige, la majorité des points de captage affichent un état défavorable au 1er avril. «A cette époque de l’année, les nappes devraient déjà être rechargées et nous devrions entamer la période de bascule. Mais cette année, la recharge est tardive et n’est pas encore terminée. 66% des points de mesure sont en train de se remplir», explique Philippe Vigouroux, hydrogéologue, lors d’une conférence de presse organisée à Paris.

 

L’espoir d’un printemps pourri

Le représentant du BRGM affirme que «cette situation est moins préoccupante qu’au 1er avril 2012, quand 89% des nappes étaient inférieures à la moyenne, et 38% des points de mesure indiquaient une tendance à la baisse». Il a ajouté que «la recharge tardive a été forte, cette année-là, entre le 15 mai et le 15 juin». L’heure est donc «à la vigilance». Et à l’espoir de trombes d’eau en mai et juin.

 

De la Picardie à PACA

Le déficit pluviométrique enregistré depuis septembre est particulièrement frappant dans l’Ouest, le Nord et l’Est du pays. Les nappes de la craie normande et picarde, du bassin Adour-Garonne, de la vallée du Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d’azur affichent des niveaux bas par rapport à la normale.

 

La météo des nappes

Nathalie Dörfliger, directrice Eau, Environnement et Ecotechnologies au BRGM, a présenté pour sa part le prototype de MétéEAU, une base de données permettant de visualiser en temps réel l’état de 300 points de mesure de l’Hexagone. «L’objectif est de pouvoir effectuer des prévisions de l’état des nappes à 6 mois, à partir de l’analyse de la surface du bassin, de l’efficacité des pluies et de la percolation de la recharge», a-t-elle expliqué. Des données particulièrement stratégiques pour les agriculteurs, les agences de l’eau ou les collectivités.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus