Reach: Loos au secours des chimistes français

Le 13 octobre 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Suite au Conseil compétitivité du 11 octobre, le ministre français chargé de l'industrie a réaffirmé dans un communiqué la position de la France concernant le projet de directive Reach (Registration, evaluation, authorisation of chemicals). François Loos défend entre autres une approche «incitative et volontaire» du regroupement en consortiums des industriels qui utilisent une même substance afin d'effectuer les tests nécessaires à l'enregistrement. D'autres pays, notamment le Royaume-Uni, souhaitent que les consortiums deviennent obligatoires pour minimiser le nombre des tests sur les animaux. D'autre part, pour les substances fabriquées ou importées dans des quantités comprises entre 1 et 10 tonnes, le gouvernement français veut une «meilleure adéquation entre les tests demandés aux entreprises et le risque identifié afin d’alléger la complexité et d’optimiser le coût de la procédure, notamment pour les PME.» Pour les substances produites dans des quantités supérieures à 10 tonnes, François Loos demande de disposer davantage d'éléments sur l'impact réel de la suppression du test de reprotoxicité avant de statuer. Ces positions qui doivent permettre «d'aboutir à un résultat effectivement applicable pour les industriels» reprennent largement les demandes des industriels de la chimie français.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus