Raz Blanchard: gare aux galets

Le 02 février 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les cailloux viendraient-ils à bout d'une hydrolienne de plus de 800 tonnes?
Les cailloux viendraient-ils à bout d'une hydrolienne de plus de 800 tonnes?

Les galets menacent-ils la sécurité des hydroliennes. C'est la question à laquelle va tenter de répondre le Shom.

 

C’est au bord du littoral du Cotentin qu’EDF et DCNS Energies entendent implanter leur première ferme pilote d’hydroliennes. A 3 kilomètres au large du village de Jobourg, l’énergéticien et le constructeur d’hydroliennes prévoient de mettre à l’eau 7 machines de 2 mégawatts (MW) de capacité unitaire, d’ici à 2019. Ces turbines OpenHydro pourront alors bénéficier de la puissance et de la régularité du Raz Blanchard, l’un des plus puissants courants de marée d’Europe. Mais il faudra pour ce faire lever une hypothèque: les galets.

lancés à 23 km/h

Par un fort coefficient de marée, la vitesse du courant peut atteindre les 12 nœuds: près de 23 km/h. «Or, à cette vitesse, on ne sait pas à quelle hauteur les galets se déplacent», explique Thierry Garlan. Roulent-ils sur le fond ou flottent-ils entre deux eaux? Hormis les tourteaux, nul ne peut répondre à la question.

Elle n’est pas sans importance. «Selon leur déplacement, sur le sol ou en pleine eau, il faudra peut-être renforcer les socles des hydroliennes, voire protéger leurs pales», explique l’ingénieur au laboratoire de géologie marine du service hydrographique de la marine (Shom).

Pour en avoir le cœur net, le Shom va immerger au printemps plusieurs appareils de mesure dans la zone guignée par EDF et DCNS. On en saura alors un peu plus sur les migrations des galets du Raz Blanchard.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus