Rapport parlementaire sur les PCB: l’Etat montré du doigt

Le 27 juin 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Philippe Meunier, député UMP du Rhône, a remis hier à la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale son rapport d'information sur la pollution du bassin du Rhône aux PCB. La contamination mise en évidence dans les années 1980 est redevenue d'actualité en 2005, lorsqu'il a été interdit de consommer du poisson de ce bassin (1).

En octobre 2007, une mission d'information parlementaire a été créée. Le rapport pointe un certain nombre de dysfonctionnements, parmi lesquels le manque de réactivité de l'Etat. «Quatre ministères de tutelle (environnement, santé, industrie et agriculture) se partageaient le dossier, explique Philippe Meunier. Autant de directions et d'administrations travaillaient, mais ne correspondaient pas entre eux.» Un comité de pilotage a bien été installé en même temps que la mission parlementaire, «mais nous sommes 100 autour de la table».

Le rapport, pour lequel 60 personnes ont été auditionnées – la secrétaire d'Etat, chefs d'administration concernés, chefs d'entreprises, pêcheurs et élus – contient 34 recommandations. Parmi celles-ci, «refaire l'inventaire des produits contenant plus de 500 parties par million (ppm) de PCB et qui doivent être détruits d'ici 2010 (2). Il faut aussi faire dès maintenant l'inventaire complet pour les produits contenant moins de 500 ppm de PCB, qui devront de toute façon être détruits d'ici 2025 (3)». Le député préconise aussi de faire l'inventaire des friches industrielles où de nombreux transformateurs électriques sont volés pour leur cuivre, et leurs PCBs laissés dans la nature.

Le député recommande aussi de traiter seulement les zones les plus polluées du Rhône. «La dépollution complète est impossible, estime Philippe Meunier. Il faudrait engager 10 milliards d'euros et enlever tous les sédiments, ce qui tuerait le fleuve!» D'où l'intérêt, enfin, de relancer la recherche sur le mouvement des sédiments, afin de pouvoir localiser facilement les zones les plus polluées.



(1) Voir l'article du JDLE «Pollution du Rhône aux PCB»

(2) Selon la directive européenne relative à l'élimination des PCB et PCT (96/59/CE)

(3) Selon la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, entrée en vigueur le 17 mai 2004




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus