Rallonge budgétaire pour Iter

Le 07 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Parlement européen et les Etats membres de l’Union sont finalement parvenus à un compromis sur le budget alloué à Iter, le réacteur expérimental de fusion thermonucléaire. Les 1,3 milliard d'euros supplémentaires demandés à corps et à cri par Iter Organization lui seront donc accordés.

Retard de livraison, implantation sur un site à risque sismique, augmentation du coût des matières premières: depuis son lancement en 2007, le projet a vu son coût tripler (voir JDLE). Il s'élève aujourd'hui à 12,9 Md€, selon Iter Organization, qui évoque toutefois des difficultés d'évaluations précises.

L'UE, qui doit fournir environ 45% du budget, débat depuis des mois des moyens de financer son surcoût de 1,3 Md€ pour 2012-2013. Les autres partenaires (Etats-Unis, Corée du Sud, Japon, Chine, Inde et Russie) partagent les 55% restant. La contribution de l'Union européenne, initialement prévue à 2,7 Md€, est désormais estimée à 6,6 Md€, dont 1,4 pour le budget 2012-2013.

Après des mois de blocage, le projet Iter basé à Cadarache s’est donc finalement vu accorder une enveloppe supplémentaire de 1,3 Md€.
 
«Je suis soulagé que les besoins financiers supplémentaires d'Iter soient maintenant couverts», a déclaré le commissaire au budget Janusz Lewandowski à la suite du trilogue (réunion entre des représentants des trois institutions européennes) du 1er décembre. «L'Union européenne ne pouvait pas se permettre de perdre sa crédibilité vis-à-vis de ses partenaires internationaux impliqués dans le projet.»
 
Cette rallonge soulève de nombreuses oppositions, notamment en période de restriction budgétaire. «Les Etats membres, qui n'avaient soit disant plus les moyens de financer le budget européen pour 2012, trouvent [des fonds, ndlr] envers et contre tout pour sauver Iter tout en mettant en danger le financement des projets européens à forte valeur écologique», a déclaré l'eurodéputée Isabelle Durant (Verts/ALE). Son groupe a appelé à plusieurs reprises à l'arrêt des recherches sur la fusion.
 
«Un accord a été trouvé pour financer la part européenne des dépassements de coût en réalisant des économies sur d'autres chapitres de dépenses, mais sans remettre en cause les priorités du Parlement sur le budget de la recherche», s'est réjoui Alain Lamassoure (PPE), président de la commission parlementaire des budgets. Après avoir rejeté un premier accord en 2011, cette commission a approuvé le compromis. Le texte sera ensuite soumis au Parlement européen le 13 décembre, avant d'être examiné par les Etats membres.
http://www.journaldelenvironnement.net/article/iter-la-suite-en-novembre-prochain,24756
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus