Radon: l’OMS recommande un seuil de 100 Bq/m3

Le 23 septembre 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle ses pays membres à établir ou renforcer leurs programmes pour contrôler la présence de radon dans les habitations afin de réduire le risque de cancers associé.

Le nouveau guide de l'OMS publié ce même jour et réalisé par plus de 100 experts issus de 30 pays, recommande des niveaux de référence du radon de 100 becquerels par mètre cube (Bq/m3), et au moins en deçà de 300 Bq/m3.

Le radon est un gaz radioactif et cancérigène issu de la dégradation de l’uranium naturel du sol. Entre 1.200 et 2.900 décès par cancer du poumon chaque année dans le monde résulteraient de l’exposition au radon domestique, selon un récent rapport de l’Ineris. «Le radon serait la deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme dans de nombreux pays» relève Maria Neira, directrice à l'OMS en santé publique et environnement. «La plupart de ces cancers résultent d’expositions à faible et à moyenne dose dans les logements», ajoute-t-elle.

De nouvelles études réalisées en Europe, Amérique du Nord et Chine ont confirmé que l’exposition au radon dans les habitations contribue de façon substantielle à la survenue de cancer du poumon (3 à 14% de l’ensemble des cas), souligne l’OMS. Ce risque augmente de 16% par augmentation de 100 Bq/m3 de l'exposition au radon. Il est beaucoup plus important chez les fumeurs, le tabac étant un facteur aggravant.

Le manuel de l’OMS émet de nombreuses recommandations pratiques pour atteindre ces nouveaux seuils. «Les concentrations peuvent être abaissées dans de nombreux cas, de façon efficace et avec des techniques relativement peu coûteuses, comme l'obturation des fissures des sols et des murs, ou l’amélioration de la ventilation.»

En France, un seuil a été fixé à 400 Bq/m3 pour conduire des actions dans certains établissements publics (écoles, prisons, hôpitaux). Une obligation qui devrait être prochainement étendue aux logements d’habitation suite à l’adoption d’une disposition dans la loi Hôpital (1). Les seuils seront toutefois déterminés par décret. De nombreux pays (Angleterre, Canada, Finlande, Suède) ont fixé ces seuils entre 200 et 400 Bq/m3 tandis qu’aux Etats-Unis, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) a établi cette limite à 150 Bq/m3 (Ineris). Dans un communiqué du 21 septembre, l’EPA se joint d’ailleurs à l’appel de l’OMS.

(1) Dans le JDLE «Logements: nouvelles mesures sur le radon, le plomb et l’amiante»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus