Radiothérapie: l'affaire d'Epinal «plus grave que prévue»

Le 07 septembre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'affaire des irradiés d'Epinal est «plus grave que prévu" et «on est face à une affaire sanitaire d'une ampleur rarissime», reconnaît Roselyne Bachelot, ministre en charge de la santé dans l'édition du vendredi 7 septembre du Parisien-Aujourd'hui en France. Ce même jour, le ministère chargé de la santé a annoncé qu'il étendait sa période d'enquête sur les patients sur-irradiés du centre hospitalier d'Epinal à «300 patients traités pour divers types de cancers entre 1999 et 2000». Ils s'ajoutent aux 397 cas déjà connus et aux 24 «très fortement radiés» dont cinq mortels.

Ils «ont reçu un excès de rayon de 7%, ce qui est au-delà des normes acceptables», et vont recevoir une lettre «les invitant à une visite médicale», précise la ministre en se référant aux conclusions de deux missions de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Par ailleurs, un numéro vert (0800-636-636) a été mis «à disposition des 4.500 malades qui sont passés dans le service de radiothérapie de cet établissement depuis 1989», ajoute-t-elle. «Ils pourront (...) se voir proposer une consultation».

Cinq patients sont déjà décédés pour sur-irradiation dans cet hôpital, rappelle la ministre. Vingt-quatre malades, tous traités pour cancer de la prostate, y ont été soumis à des doses de rayons supérieures de 20% à la norme après 2000. En outre, 397 autres patients, traités pour la même pathologie, y ont été sur-irradiés à moindre dose entre 2001 et 2006.

Les experts avaient, dans un premier temps, pensé «qu'il n'y avait pas eu de sur-irradiations pour la période antérieure à 2000». Se voulant rassurante, Roselyne Bachelot rappelle que si les malades «n'ont pas éprouvé de douleurs ou de symptômes depuis qu'ils ont passé cet examen de radiothérapie, ce n'est pas la peine qu'ils s'inquiètent».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus