Radiofréquences: 3 fois plus de risque de cancer après 25 ans d’exposition

Le 07 octobre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le kit main-libre est recommandé.
Le kit main-libre est recommandé.
DR

Faute de recul suffisant, les effets de l'exposition à long terme aux radiofréquences n'avaient jusqu'ici pas pu être établis. Depuis la Suède, précurseure de la téléphonie mobile, des chercheurs viennent de publier la première étude sur le sujet. Ils mettent en évidence une augmentation significative du risque de tumeur cérébrale pour les utilisateurs de portable et de sans-fil après 20 années d’utilisation.

Voilà plus de 30 ans que les Suédois goûtent aux joies du «sans fil»[1]; une population idéale à étudier pour les oncologues et les spécialistes des rayonnements, afin d’éclaircir la question des effets sanitaires des téléphones portable et de leurs cousins sans fil après plus de 25 ans d’utilisation. L’étude réalisée par l’équipe de Lennart Hardell[2] est la première à étudier ces effets sur une aussi longue durée. Et elle met en évidence une augmentation très significative du risque de tumeur cérébrale associé aux radiofréquences (RF), puisque ce risque double après 20 ans d’utilisation et triple au-delà de 25 ans. Ces résultats viennent d’être publiés dans la revue International Journal of Oncology.

Etude solide

Les chercheurs suédois ont comparé l’incidence de tumeur cérébrale auprès de deux populations exposées depuis les débuts de la technologie «sans fil». La première (se fondant sur le registre national des cancers) est constituée de malades âgés de 18 à 75 ans, chez qui le diagnostic de cancer a été posé entre 2007 et 2009. Les 593 malades ont été choisis en fonction de leur âge, sexe, facteurs héréditaires, etc. Des critères également utilisés pour recruter la population-témoin, constituée de 1.368 personnes, indemnes de toute pathologie et utilisatrices de technologies «sans fil». «Cette étude est très solide au plan épidémiologique, car on ne travaille pas à partir d’un échantillon, mais bien à partir de la totalité de la population que l’on souhaite analyser», souligne Janine Le Calvez, la présidente de l’association Priartem[3].

Incidence en cloche

L’incidence des cancers suit une courbe en forme de cloche: après une exposition allant de 1 à 5 années, les chercheurs mettent en évidence un risque 80% plus important, qui décroît pour les 10 années qui suivent, avant de repartir avec vigueur pour la période d’exposition comprise entre 15 et 20 ans, où le risque est multiplié par deux, et par 3 pour une exposition de 25 ans. «La question qui est posée ici, c’est de savoir si l’exposition a favorisé l’apparition de quelque chose qui était déjà en route –les RF auraient un effet promoteur- ou si elle est à l’origine de la tumeur –avec un effet initiateur?», s’interroge Janine Le Calvez, qui considère que la technologie numérique aurait les deux caractéristiques. Et de relever une corrélation entre le côté de la tête où est le plus souvent utilisé le téléphone portable et la localisation de la tumeur.

Portable à 5 ans, tumeur à 30 ans?

Au vu de cette étude, qui vient consolider le classement en cancérigène possible (2B) par le Circ en 2011, Priartem s’inquiète de l’exposition de plus en plus précoce aux ondes. «Dans 25 ans, ils seront en pleine trentaine, sauf que… l’utilisation durable du portable multiplie par trois les risques d’être atteint d’une tumeur cérébrale (…) Ces résultats doivent inciter plus que jamais les responsables de la santé à informer largement la population des risques associés à l’usage du portable et plus généralement à l’exposition aux radiofréquences.»

Le 15 octobre prochain, l’Anses publiera une mise à jour de l'évaluation des risques liés aux radiofréquences.

 


[1] En Suède, la population a commencé à utiliser le «sans fil» dès 1981 (avec les téléphones analogiques), puis le digital en 1991, avant la 3G en 2003.

[2] Lennart Hardell était déjà associé en 2011 au groupe de travail du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), constitué afin d’évaluer le potentiel cancérogène de l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences

[3] Priartem: Pour une réglementation des implantations des antennes-relais de téléphonie mobile.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus