Quatre nouvelles espèces découvertes chaque semaine dans le Mékong

Le 13 décembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour la seule année 2010, 208 espèces animales et végétales ont été découvertes dans la région du Mékong, soit 4 nouvelles espèces par semaine, souligne le dernier rapport du WWF. «Wild Mékong» («Le Mékong sauvage») s’intéresse aux 10 découvertes les plus passionnantes réalisées dans cette région qui englobe Cambodge, Laos, Birmanie, Thaïlande, Vietnam et la province chinoise du Yunnan.
On trouve parmi celles-ci un singe sans nez, le rhinopithèque de Stryker (Rhinopithecus strykeri ), jamais photographié et qui a été localisé dans l’Etat montagneux et éloigné de Kachin; un lézard qui se clone lui-même; et des plantes carnivores se nourrissant de petits rongeurs, souris, lézards et oiseaux.
 
Si le rapport de l’ONG confirme la biodiversité remarquable du Mékong, nombre de ces nouvelles espèces sont fortement menacées. La déforestation, le changement climatique et la construction incontrôlée de routes, zones d’habitation et barrages détruisent le capital naturel de cette région.
 
Dernier indicateur tragique du déclin de la biodiversité du Mékong: l’extinction du rhinocéros de Java au Vietnam, récemment confirmée par le WWF.
 
« Ces trésors extraordinaires seront perdus à jamais si les gouvernements omettent d’investir dans la conservation et le maintien de cette biodiversité», déclare Stuart Chapman, directeur de conservation du WWF Grand Mékong.
 
«Les autorités locales doivent cesser de considérer la protection de la nature comme un facteur engendrant uniquement des coûts. La nature crée les conditions de vie indispensables à 300 millions de personnes habitant dans la région.»
Le WWF appelle les 6 chefs d’Etats qui se réuniront au Sommet du Myanmar la semaine prochaine à inscrire les bénéfices de la biodiversité et le coût de sa perte au centre des prises de décision et de leur coopération régionale.
 
En l’absence d’efforts immédiats et mesures concrètes intégrant l’environnement dans leur politique de développement économique, ces espèces et autres joyaux naturels du Grand Mékong continueront de disparaître.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus