Quand le frelon à pattes jaunes joue les envahisseurs

Le 16 juin 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Vespa velutina nigrithorax, le frelon à pattes jaunes, a envahi la France en 2004. Originaire d’une zone située entre le Cachemire et la Chine, la variété nigrithorax a été signalée en Corée en 2006 puis en Espagne en 2010. Depuis, sa présence a été observée dans 39 départements français et l’insecte s’est particulièrement bien acclimaté dans le Sud-ouest de la France.

Ce que l’on reproche à cet hyménoptère qui vit en société? C’est un prédateur d’abeilles qui menace l’apiculture européenne déjà mal en point pour diverses raisons.

Trois équipes françaises du Muséum d’histoire naturelle de Paris et du CNRS ont étudié les zones d’acclimatation potentielle de ce frelon invasif. Les résultats de cette étude ont été publiés cette semaine sur le site internet du journal Biological Conservation.

Ces résultats montrent que l’acclimatation de l’insecte dans le Sud-ouest pouvait être prédite à partir des données de l’aire d’origine. Tandis que les données combinées des aires d’origine et d’invasion fournissent une meilleure prédiction de ses potentialités d’acclimatation à travers le monde. 

En fait, les scientifiques ont comparé les niches climatiques entre l’aire d’origine du frelon à pattes jaunes et la zone actuellement envahie par l’hyménoptère. Cette comparaison montre que la nouvelle niche se caractérise par une pluviométrie du mois le plus sec plus forte que dans l’aire d’origine. Par ailleurs, ils ont pu constater que l’aire de distribution potentielle de Vespa velutina nigrithorax se rapproche beaucoup de celle de la guêpe invasive européenne Vespula germanica, qui a colonisé de vastes territoires notamment dans l’hémisphère sud.
 
Selon les scientifiques, le risque de voir le frelon à pattes jaunes s’acclimater à la plupart des pays européens est non négligeable, avec une probabilité plus forte le long des côtes Atlantique et du nord de la Méditerranée. D’autres régions d’Europe comme la péninsule des Balkans et la Turquie pourraient également être envahies. Enfin, plusieurs régions du monde (Afrique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande, sud-ouest de l’Amérique du Nord et du Sud) sont aussi potentiellement menacées, dans la mesure où ces frelons sont introduits dans les pays par les activités de commerce international.
 
Ce travail de recensement a été rendu possible car, depuis 2006, tous les signalements de nids de Vespa velutina nigrithorax envoyés au Muséum sont enregistrés sur la base de données de l’inventaire national du patrimoine naturel.
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus