Qualité de l’air: les épandages bretons en cause

Le 01 avril 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
1er avril rouge en Bretagne
1er avril rouge en Bretagne
Air Breizh

Lundi 1er avril, trois départements bretons sont en alerte pollution de l’air, en raison d’une teneur très élevée en particules fines de taille inférieure à 10 microns (PM10). En cause, les épandages agricoles de lisier, explique l’association Air Breizh.

Cette pollution, qui a commencé à s’élever en fin de semaine dernière, touche particulièrement le nord du Finistère, les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine. Après analyse de ses 19 stations réparties dans la région, l’association Air Breizh a décerné à chacun de ces trois départements un indice de 8 (qualité mauvaise, sur une échelle de 1 à 10). Dans le Morbihan, la situation est à peine meilleure, légèrement en-dessous du seuil d’alerte (niveau 7, qualité médiocre).

Ammoniac et nitrate d’ammonium

Cette dégradation de la qualité de l’air s’explique par «une hausse du niveau de fond» des PM10, explique le directeur d’Air Breizh, Gaël Lefeuvre, contacté par le JDLE. «Elle est due aux émissions du trafic automobile et aux épandages agricoles, particulièrement de fertilisants à base de lisier, qui dégagent de l’ammoniac et du nitrate d’ammonium, sous forme de PM2,5», elles-mêmes incluses dans les PM10, ajoute-t-il. Une origine agricole qui explique la dégradation plus forte dans le nord de la Bretagne, plus agraire que le sud.

Lessivage en vue

La situation va s’améliorer mardi 2 avril, prévoit Gaël Lefeuvre, en raison de perturbations venues de l’ouest et de précipitations, qui devraient lessiver l’air de ses PM10. Chaque année, la Bretagne connaît «entre 5 et 15 jours de pic de pollution», explique-t-il.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus