ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article sur WikioPartager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedinPartager cette page sous TwitterS'abonner au flux RSS du JDLE

Qualité de l’air dans les écoles : il faut aérer

Le 10 novembre 2010 par Célia Fontaine

Une campagne nationale de mesure de l’air intérieur dans les écoles et les crèches a été lancée en 2009 par les ministères chargés de l’écologie et de la santé (dans le JDLE). Les résultats de la première phase menée en Ile-de-France ont été publiés ces derniers jours par Airparif.

Deux polluants ont été mesurés : le formaldéhyde, caractéristique de l’air intérieur, et le benzène, issu des combustions et notamment du trafic routier. Airparif a utilisé des « tubes passifs » pour les quantifier. Des mesures de dioxyde de carbone (CO2) ont également été effectuées, bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un polluant mais d’un indicateur du niveau de confinement.

20 établissements franciliens ont fait l’objet de tests pendant une semaine en été, et une semaine en hiver[1], en période scolaire. Un suivi plus poussé de 12 semaines a été effectué dans une école, afin d’étudier la variabilité dans le temps des niveaux de CO2 et de formaldéhyde.

De manière générale, « les résultats montrent que les concentrations de formaldéhyde et de benzène respectent les valeurs guide et repère », indique Airparif. Pour le formaldéhyde, les valeurs moyennes par établissement se situent entre 8 et 26,4 microgrammes par mètre cube (µg/m3), à comparer avec la valeur-repère du Haut conseil de santé publique qui est de 30  µg/m3.

Les moyennes par établissement pour le benzène se situent entre 1,6 et 5,2 µg/m3. Elles ne dépassent pas la valeur-guide fixée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui est de 10 µg/m3.

Les résultats sont moins bons en ce qui concerne le CO2. « 30 % des établissements sont en situation de confinement, au moins une classe ayant un indice supérieur à 3 », indique Airparif. C’est supérieur au pourcentage national qui est de 20 %. Concrètement, cela signifie que les classes ne sont pas assez aérées, les pics ayant été constatés en présence des enfants, fenêtres closes.

Les mesures hivernales (deuxième phase) ont commencé le 8 novembre, les résultats seront disponibles à l’automne 2011.



[1] Pour le CO2, les mesures ont duré deux semaines en hiver



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus