Pyrénées: une route dangereuse pour l'environnement

Le 12 juin 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un accident ayant entraîné une pollution sur une route de montagne ravive la colère des associations de protection de l’environnement qui souhaitent un arrêt du tout-routier dans les zones les plus dangereuses.

Mardi 5 juin au soir, un camion-citerne espagnol s'est renversé sur la RN 134, dans les Pyrénées-Atlantiques. Environ 17.000 litres de lessive de potasse se sont alors déversés dans le gave (1) d'Aspe et ont tué 12.000 à 15.000 poissons, selon les chiffres de la préfecture. Rapidement, cependant, le cours d'eau n'a plus présenté de pollution, selon les analyses des services de l'Etat. «Cela est dû au fait que la lessive de potasse, lorsqu'elle est dissoute et largement diluée dans l'eau, ne présente plus de caractère toxique», selon le communiqué de la préfecture. A ce bilan, France Nature environnement (FNE) ajoute 30.000 poissons intoxiqués, «presque quatre kilomètres de macrofaune et de flore décimés», et des impacts socio-économiques pour « cette région qui vit de la beauté et de la santé de ses milieux naturels».

Toujours selon FNE, il s'agit du premier accident de poids lourd, mais du 15e concernant tout type de véhicule sur cet axe qui n'est pourtant ouvert que depuis 4 ans. «Il y a bien eu 15 accidents depuis 2003, mais 10 ont eu lieu la première année, précise-t-on en préfécture. Depuis, la vitesse maximale autorisée est passée de 50 à 30 kilomètres par heure (km/h) et la signalisation a été renforcée.»

Dès le 6 juin, la préfecture a réagi au nouvel accident. Les contrôles routiers des poids lourds ont été renforcés. La Direction régionale de l'équipement doit de son côté intensifier les contrôles relatifs aux règlements applicables aux transporteurs. L'Etat français va également demander aux autorités espagnoles de sensibiliser ses transporteurs au risque routier sur la RN 134.

Mais pour les riverains, qui ont manifesté samedi 9 juin, comme pour FNE, ce n'est pas suffisant. «Le développement du transport ferroviaire est incontournable et urgent dans cette vallée d'Aspe avec la réouverture rapide de la ligne Pau-Canfranc, fermée depuis plus de 30 ans», estime la fédération dans un communiqué. Une position soutenue par Alain Rousset, président (socialiste) du conseil régional d'Aquitaine: «Le blocage par l'Etat et la SNCF de Pau-Canfranc est un non-sens. Ma proposition est connue de tous: une délégation de service public globale entre Pau et Huesca avec une exploitation des voyageurs, et l'intégration du tunnel routier mis en péage. Trop de temps a été perdu. Après l'accident survenu mardi soir, j'écrirai au ministre des transports et du développement durable sur ce dossier.» Un sujet auquel Alain Juppé sera d'autant plus sensible qu'il est élu local de la même région.



(1) Cours d'eau, torrent pyrénéen




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus