Puits d’hydrocarbures: que faire des orphelins?

Le 25 mars 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
4 millions de puits d'hydrocarbures ont déjà été forés dans le monde.
4 millions de puits d'hydrocarbures ont déjà été forés dans le monde.
DR

Une fois abandonnés, les puits d’hydrocarbures sont-ils sûrs en termes d’étanchéité? Nul ne le sait vraiment, comme le révèle l’état des lieux dressé par des chercheurs britanniques dans la revue Marine and Petroleum Geology.

Selon Richard Davies, géologue à l’université de Durham (Royaume-Uni), et ses collègues, on compterait au minimum 4 millions de puits d’hydrocarbures à travers le monde, dont environ 2,6 millions rien qu’aux Etats-Unis. Impossible d’en dresser une liste bien précise, entre ceux toujours en activité, ceux à l’abandon, dont ceux dits «orphelins», qui n’appartiennent à personne – par exemple suite à une faillite.

Si le recensement s’avère compliqué, la question de l’étanchéité de ces installations vis-à-vis du milieu environnant, notamment de la contamination des eaux souterraines, s’avère encore plus épineuse. D’autant que s’il y a bien obligation, pour le propriétaire, de boucher un puits qui n’est plus exploité, il n’y en a aucune à surveiller ses éventuelles fuites.

Quel risque environnemental?

Selon l’étude britannique, il semble toujours aussi difficile de se faire une idée quant à l’étendue du risque environnemental. Les chercheurs y ont analysé 25 bases de données relatives à l’intégrité de puits d’hydrocarbures (aux Etats-Unis, au Canada, en Chine, en Indonésie, Bahreïn, Pays-Bas, offshore en Norvège), qui livrent des chiffres pour le moins très variables quant à l’étanchéité des puits, actifs ou non.

L’une de ces bases nous apprend ainsi que 1,9% des puits états-uniens qu’elle recense présentent des failles, tandis que, dans une autre, ce chiffre monte à 75%, pourtant dans le même pays! Selon une autre de ces bases, 6,3% des puits de gaz et d’huile de schiste de Pennsylvanie auraient de tels défauts.

Pas de responsabilité établie

Seule certitude, l’«angle mort» de la surveillance semble bien résider dans les puits orphelins. Au Royaume-Uni, les chercheurs estiment que 50 à 100 des 2.152 puits d’hydrocarbures creusés depuis le début du XXème siècle n’ont aucun propriétaire. «La responsabilité en cas de faille entraînant une pollution n’est pas établie, dans certains cas elle peut très bien appartenir au propriétaire du terrain», expliquent les auteurs.

Selon eux, cet aspect doit être éclairci, non seulement vis-à-vis des anciens puits, mais aussi de ceux, présents et futurs, de gaz de schiste: «il est probable que, dans l’avenir, des puits au Royaume-Uni et en Europe deviendront à leur tour orphelins. Il est important que des processus appropriés de financement et de surveillance soient mis en place, en particulier après l’abandon d’un puits, de manière à régler les questions de responsabilité».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus