Pubs «vertes»: le BVP défend son rôle de gardien

Le 02 avril 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le Bureau de vérification de la publicité (BVP) défend son rôle de gardien en matière de «greenwashing», qui consiste à se servir d’arguments environnementaux pour mieux vendre un produit. Dans un communiqué paru le 28 mars, le BVP explique qu’il a récemment modifié plusieurs campagnes pour éviter de tels abus. Il répond par là aux critiques émises par plusieurs ONG environnementales et associations de consommateurs, vis-à-vis des constructeurs automobiles qui ne respectent pas la législation européenne, notamment en matière d’affichage des émissions de
CO2 de leurs véhicules. «Sur le premier trimestre 2008, le BVP a ainsi eu à examiner quelques 250 projets de publicités touchant directement ou indirectement au thème du développement durable (…) 70% de ces campagnes ont été modifiées sur demande du BVP et 9 projets ont carrément dû être abandonnés», selon l’autorité de régulation publicitaire. Trois cas sont cités: D’Aucy, BMW et Lexus ont toutes modifié ou précisé leur message publicitaire.

Autre «problème résolu», selon le BVP: la fin de la représentation de véhicules en milieu naturel, «qui doivent désormais figurer sur des voies manifestement ouvertes à la circulation.» L’organisme estime que «cet effort d’autodiscipline est à souligner au moment où certains se plaisent surtout à insister sur les trains qui n’arriveraient pas à l’heure.»


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus