Publication des résultats de l'étude sur l'exposition alimentaire aux substances chimiques réalisé par l'Anses

Le 06 juillet 2011 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 05/07/2011 par Alda Bassanza

Produits ajoutés aux aliments > Contaminants

 


Dans un communiqué du 30 juin 2011, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) annonce la publication des résultats de la deuxième étude de l'alimentation totale (EAT) ayant évalué l'exposition alimentaire aux substances chimiques.
Les EAT ont pour objectif premier de surveiller l'exposition des populations à des substances problématiques en matière de santé publique : résidus de produits phytosanitaires, contaminants de toxines naturelles, additifs par exemple. Elles consistent à prélever sur différents points de vente les aliments régulièrement consommés par la population, les préparer tels qu'ils sont consommés, les  mixer en des échantillons dits "composites", puis les analyser pour rechercher un certain nombre de substances toxiques et nutriments.
 
Une première étude de l'alimentation totale française (EAT1) a été réalisée entre 2000 et 2004 par l'Institut national de recherche agronomique (Inra), en collaboration avec l'Anses. Elle a permis de dresser un bilan de l'exposition de la population, des adultes et des enfants, aux contaminants inorganiques et minéraux, ainsi qu'aux mycotoxines. En 2006, l'Anses s'est autosaisie afin de réaliser une seconde étude (EAT2), incluant 445 substances, contre 30 lors de la première étude, regroupées en 11 familles :
- Contaminants inorganiques ou éléments traces ;
- Minéraux ;
- Dioxines et furanes ;
- PCB ;
- Composés perfluorés ;
- Retardateurs de flamme bromés ;
- Mycotoxines ;
- Phyto-estrogènes ;
- Substances actives phytosanitaires ;
- Substances néoformées.
 
Dans sa deuxième étude, l'Anses "confirme le bon niveau de maîtrise des risques sanitaires associés à la présence potentielle de contaminants chimiques dans les aliments en France, sur la base des seuils réglementaires et valeurs toxicologiques de référence disponibles".
 
En revanche, elle constate des risques de dépassement des seuils toxicologiques pour certaines substances telles que le plomb, le cadmium, l'arsenic inorganique ou encore l'acrylamide pour certains groupes de populations. L'Anses insiste sur la nécessité d'avoir une alimentation diversifiée et équilibrée.
 
Pour finir, l'Agence estime primordial de développer les connaissances scientifiques pour les substances non réglementées à ce jour et ne pouvant pas faire l'objet d'une évaluation des risques.
 
Pour information, l'Anses a évoqué dans son EAT2, le besoin de réaliser des études spécifiques pour estimer les niveaux d’expositions de certains groupes de population sensibles, tels que les jeunes enfants ou les femmes enceintes. Dans ce cadre, une étude EAT infantile a été engagée par l’Agence en 2010 concernant l’alimentation des enfants de moins de 3 ans.
 
Source : Communiqué de l'Anses, "Exposition alimentaire aux substances chimiques : l'Anses publie les résultats de la deuxième étude de l'alimentation totale" du 30 juin 2011
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus