Pub sur l’éthanol de betterave: une «condamnation» trop tardive

Le 01 avril 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
France Betteraves, association française de producteurs de betteraves chargée de négocier son prix avec les industriels, a été «condamnée» jeudi 19 mars par le Jury de déontologie publicitaire (JDP), dépendant de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), pour «greenwashing».

En décembre, France Betteraves diffusait une publicité représentant un baril vert de bioéthanol de betterave, surmonté d’une coccinelle et entouré de papillons, indiquant que la France est le premier producteur mondial de bioéthanol de betterave. Cette filière, source infinie d’énergie renouvelable, créerait des milliers d’emplois non délocalisables, baisserait le prix du carburant de 30% à la pompe et éviterait l’émission de 60% de CO2 dans l’atmosphère.

Une plainte avait été déposée par les Amis de la terre, Réseau action climat, WWF, Oxam France-Agir ici et la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) auprès de l’ARPP.

Le JDP a reconnu 4 manquements aux recommandations «Développement durable» et «Arguments écologiques» de l’ARPP, mais ne s’est pas prononcé sur les «60% de CO2 en moins dans l’atmosphère».

Les associations ne sont pas vraiment satisfaites de cette décision, non contraignante. L’ARPP, engagée depuis plusieurs mois dans une entreprise d’auto-régulation de la pub, avait initialement autorisé la campagne de France Betteraves. La «condamnation» intervient donc trop tard, et ne porte que sur la forme –manquements aux règles établies par l’autorité– et pas sur le fond, regrettent les associations.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus