Protoxyde d’azote: des réductions dans l’industrie

Le 18 septembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
aerosol-lr
aerosol-lr

Ce gaz à effet de serre est surtout émis dans le cadre de l’agriculture, mais l’Union européenne étudie la possibilité d’inclure le protoxyde d’azote généré lors de process industriels dans le système communautaire d’échange de quotas d’émission (SCEQE).

Il a un pouvoir de réchauffement global sur 100 ans 310 fois plus élevé qu'une masse équivalente de CO2 et contribue à 6% de l'effet de serre à l'échelle de la planète. Le protoxyde d'azote (N2O) provient à 58% du secteur agricole, car il est généré lors de la transformation microbienne de l'azote des sols et des déjections. Selon un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) (1), les émissions augmentent lorsque les quantités d'azote disponibles excèdent les besoins des plantes. Mais il existe d'autres sources de N2O, auxquelles il est plus facile de s'attaquer, telles que les procédés industriels de fabrication de glyoxal (utilisé pour produire de la peinture notamment), de l'acide adipique (utilisé pour faire du nylon) et de l'acide nitrique (utilisé pour produire engrais et explosifs). Le développement des pots catalytiques contribue également à renforcer les émissions de protoxyde d'azote.

Certaines régions du monde ont vu leurs émissions augmenter ces dernières années, comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui ont multiplié respectivement les leurs par 2,5 et 5 depuis 1990 en raison d'une utilisation accrue d'engrais azotés. En Amérique du Nord, c'est la gestion de la production de fumier et son épandage qui a provoqué une augmentation des émissions. Toutefois, les Etats-Unis ont mis en place des mesures de contrôle dans les trois principales usines de fabrication d'acide adipique du pays, qui contribuent à environ un tiers de la production mondiale. Ce qui a permis de réduire les émissions de protoxyde d'azote liées à l'industrie (2).

En France, les quantités d'apports minéraux et le volume des déjections à épandre ayant été réduits, les émissions de N2O ont diminué de 25% sur la période 1990-2005. Des progrès ont également été réalisés dans la fabrication d'acide adipique, d'acide glyoxylique et d'acide nitrique, ce qui a fait diminuer la contribution de l'industrie (12% en 2005 contre 28% en 1990) (3). Il est à noter qu'au niveau européen, la Commission a publié une communication en 2006 (4) stipulant que le champ d'application du SCEQE déjà en place pour le CO2 devrait être étendu à d'autres gaz, notamment le protoxyde d'azote. Dans le cadre de sa révision à partir de 2013, elle a annoncé qu'un groupe de travail allait étudier la possibilité d'inclure les émissions de protoxyde d'azote provenant de la production d'acide nitrique, puis de la production d'ammoniac et des engrais autres que l'acide nitrique et l'acide adipique.

Reste que l'agriculture est le principal émetteur de ce gaz à effet de serre. Dans son rapport, le Giec indique qu'en cas de forte augmentation de la demande alimentaire, ses émissions pourraient augmenter si les élevages sont plus nombreux et l'utilisation d'engrais azotés plus forte. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) projette une augmentation de 35 à 60% des émissions d'ici 2030. Toutefois, selon le Giec, une amélioration de la gestion des pratiques et des technologies émergentes entraînerait une réduction des émissions par unité d'aliment produite.



(1) IPCC Fourth Assessment Report, Working Group III, chapter 8 “agriculture”

(2) voir les rapports suivants de l'EPA: «Inventory of U.S. Greenhouse Gas Emissions and Sinks: 1990-2005” (chapitre 4 «industrial processes») et «U.S. Adipic Acid and Nitric Acid N2O Emissions 1990-2020: Inventories, Projections and Opportunities for Reductions, December 2001»

(3) Données du Citepa

(4) «Création d'un marché mondial du carbone-rapport en vertu de l'article 30 de la directive 2003/87/CE», 13 novembre 2006




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus