Protocole de Montréal et changement climatique

Le 15 septembre 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A l'aide d'un modèle de chimie atmosphérique, des chercheurs britanniques ont constaté que la mise en oeuvre du protocole de Montréal a certes permis d'éviter une dégradation plus avancée de la couche d'ozone, mais aussi des changements climatiques régionaux importants à la surface de la Terre. Leur étude, (1) publiée par l'Union géophysique américaine (AGU), est intitulée «Le monde évité grâce au protocole de Montréal». Le texte international, qui est entré en vigueur en 1987, visait uniquement à supprimer progressivement l'utilisation de substances appauvrissant la couche d'ozone comme les chlorofluorocarbures (CFC).

L'équipe a comparé l'impact de deux teneurs différentes du chlore stratosphérique, un composé affectant la couche d'ozone. Le site internet de la revue scientifique Nature explique que sa dégradation, partout où le protocole n'a pas été mis en oeuvre, était un résultat prévisible. Mais les chercheurs ont également constaté que ce phénomène aurait eu des conséquences sur le climat à la surface de la Terre.

Ainsi, selon le modèle utilisé, un appauvrissement plus important de la couche d'ozone aurait conduit à un refroidissement des vortex polaires (tourbillons d'air froid), qui aurait augmenté la puissance des vents et le couplage entre la stratosphère et la troposphère, entraînant des changements de température à la surface de la Terre, davantage marqués au niveau des pôles. «Il s'agit d'un changement régional énorme. Il est clair que le protocole de Montréal a fourni une double protection, concernant l'ozone et du climat», a indiqué Guus Velders de l'Agence néerlandaise de l'évaluation environnementale, et auteur d'une autre étude (2) soulignant l'importance du protocole de Montréal vis-à-vis du climat (3).



(1) «The World Avoided by the Montreal Protocol», Olaf Morgenstern et al., Geophysical research letters, American geophysical union, 28 août 2008

(2) «The importance of the Montreal Protocol in protecting climate», Guus J.M. Velders, PNAS, 2007

(3) Voir l'article du JDLE: «Réchauffement climatique: le protocole de Montréal bat celui de Kyoto»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus