Protéger les petits récifs coralliens plutôt que les grands

Le 09 septembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Une étude des Nations unies appelle à changer de stratégie pour la sauvegarde des récifs coralliens en interdisant la pêche dans un réseau de petites zones plutôt que dans de grandes aires marines protégées.

Des zones marines protégées ont été créées depuis des décennies. La plupart d’entre elles sont totalement inefficaces », a déclaré Peter Sale, auteur de l’étude de l’Institut pour l’eau, l’environnement et la santé à l’université des Nations unies à l’agence de presse Reuters.

L’étude tend à démontrer qu’il est souvent plus efficace de créer un réseau de petites zones interdites à la pêche couvrant les récifs les plus vulnérables, tout en autorisant des prises de pêche entre ces zones. Interdire de grandes zones peut être excessif et braquer les pêcheurs amenés ensuite à ignorer ces interdictions.

Certains pays ont par ailleurs créé de grandes zones protégées autour des récifs mais ont détruit à côté les mangroves pour construire des hôtels ou des plages sur les côtes, ce qui peut affecter des stocks de poissons.

Selon Peter Sale, la protection de la Grande barrière de corail en Australie est un bon exemple de gestion équilibrée entre les besoins des pêcheurs, du tourisme et de l’environnement.

Les récifs coralliens de l’océan Pacifique et des Caraïbes sont des lieux vitaux à la fois pour la reproduction des poissons et pour l’alimentation humaine puisque près de 40% de la population mondiale vit à 50 km de distance.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus