Protéger la biodiversité coûte moins cher qu’un porte-avions

Le 12 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La tortue imbriquée, l'une des nombreuses espèces menacées d'extinction
La tortue imbriquée, l'une des nombreuses espèces menacées d'extinction

Alors que la 11e Conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique (CDB) se tient à Hyderabad (Inde) jusqu’au 19 octobre, une étude publiée le 12 octobre dans la revue Science évalue à 4 milliards de dollars (3,1 Md€) par an le coût de la protection des espèces menacées dans le monde.

Selon cette étude, la facture s’élèverait à 76 Md$ (58,5 Md€) si on y ajoute le coût de la protection des espaces naturels (en prenant pour cibles les objectifs d’Aïchi).

«Le chiffre peut paraître important mais ce n’est rien par rapport au budget d’un Etat», nuance Stuart Butchart, le coordinateur de l’étude, un scientifique du réseau international de conservation BirdLife à Cambridge (Royaume-Uni). Il précise que la seule protection des espèces menacées (3,1 Md€) coûte moins cher que le nouveau porte-avions de la Royal Navy, et que le coût total de la préservation de la biodiversité mondiale représente moins de la moitié des bonus enregistrés l’an dernier par les banquiers!

Selon lui, plusieurs gouvernements se sont déjà engagés dans des programmes de protection de la biodiversité (notamment au sein de la CDB), mais ne connaissent pas le coût exact de cette préservation.

L’étude rappelle que plus les gouvernements tardent à œuvrer en faveur de la biodiversité, plus le coût de la préservation sera élevé.

Enfin, il ne faut pas oublier le montant des services rendus par la nature. Investir 45 Md$/an (34,7 Md€) dans le développement des zones protégées sur terre et en mer permet d'assurer des bénéfices de l'ordre de 4 à 5.000 Md$/an (3 à 3.800 Md€) après quelques dizaines d'années, estime ainsi Pavan Sukhdev, qui a piloté l’étude Teeb (1) (voir JDLE).

Aujourd’hui, le budget mondial attribué à la protection de la biodiversité ne dépasserait pas 2,15 Md€.

(1)The economics of ecosystems and biodiversity

http://www.sciencemag.org/content/338/6104/177.1.full?sid=2cd08f9f-8019-4b68-94ad-5485f62de674



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus