Protection des océans: un pas vers l’approche écosystémique

Le 24 octobre 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
061222-peche
061222-peche

La Commission européenne souhaite que la politique commune de la pêche (PCP) intègre davantage une approche de la gestion du milieu marin basée sur les écosystèmes. Chercheurs et ONG sont favorables à cette démarche.

11 avril dernier: la Commission européenne publie une communication sur le rôle de la gestion de la pêche dans la mise en œuvre d'une approche écosystémique de la gestion du milieu marin. 29 et 30 septembre: le Conseil encourage la Commission à poursuivre ce travail, qui était déjà l’un des objectifs du règlement de 2002 sur la conservation et l'exploitation durable des ressources halieutiques dans le cadre de la PCP. «Il existe des actions isolées pour conserver les écosystèmes. Pour la première fois, il s’agira d’avoir une approche unique pour protéger le milieu marin, en ne traitant plus la pêche comme un secteur isolé», explique la Commission européenne, ajoutant que désormais, «les avis scientifiques doivent prendre en compte les aspects écosystémiques».

En 2001, une soixantaine d’Etats membres de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signé la déclaration de Reykjavik visant à renforcer la gestion responsable et durable de la pêche dans l'écosystème marin, et à améliorer «la base scientifique» dans ce domaine. Pour François Chartier, chargé de campagne Océans à Greenpeace France, l’approche écosystémique est nécessaire car qualitative, à la différence de l’approche par quotas qui est quantitative: «On l’a vu avec la crise du thon rouge, et celle du cabillaud à Boulogne-sur-Mer, rappelle-t-il, la gestion actuelle des ressources est inefficace.».

La communauté scientifique, dont l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), se penche donc sur le fonctionnement et l’évolution des écosystèmes marins. «On prend du recul par rapport à l’objet de recherche pour mieux évaluer les contraintes diverses qui pèsent sur son devenir, non seulement la pêche, mais aussi l’industrie, l’agriculture…», explique Patrick Prouzet, responsable du programme Demostem (Démarche écosystémique pour une gestion intégrée des ressources halieutiques) à l’Ifremer. Selon lui, les données économiques et sociales liées à l’activité de pêche doivent aussi être intégrées. «La biologie ne sera plus le seul angle de vue, mais un élément d’appréciation et de caractérisation du système Pêche parmi les autres», précise-t-il.

Une telle approche requiert donc une collaboration entre diverses disciplines scientifiques, mais aussi entre acteurs liés au monde marin (professionnels de la pêche, ONG…). «Il y a déjà eu des approches écosystémiques à des échelles diverses, dans la rade de Brest, ou la baie du Mont Saint-Michel, -même si elles étaient davantage qualifiées d’approches ‘intégrées’», note Patrick Prouzet. Au niveau européen, le projet Indicang sur la répartition de l’anguille a impliqué des acteurs français, espagnols et britanniques. «L’approche écosystémique à grande échelle ne peut pas se faire pays par pays (…) Il faut travailler avec des outils et sur des champs d’expérimentations communs», estime Patrick Prouzet. Pour faciliter la prise en compte des différents facteurs affectant les écosystèmes marins (pêche, pollution…) et de mettre fin à l’approche sectorielle actuellement en place, Greenpeace propose de son côté que les ministres européens chargés de l’environnement et chargés de la pêche travaillent ensemble.

Pour l’heure, l’ONG a espoir qu’un moratoire sur la pêche au thon rouge en Méditerranée soit mis en place, l’Union mondiale pour la nature (UICN) venant de se dire favorable à une telle mesure. La réponse viendra en novembre de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat), alors qu’un comité d’experts qu’elle a elle-même commandité a déjà appelé à la suspension immédiate de la pêche au thon rouge en Atlantique et en Méditerranée…

(1) Voir l’article du JDLE «Vers un réexamen de la politique européenne de la pêche»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus