Produits chimiques: 32% sont non-conformes, mais autorisés

Le 12 octobre 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'ECHA, agence basée à Helsinki
L'ECHA, agence basée à Helsinki

Un tiers des produits chimiques ne sont pas conformes à la réglementation de l’Union européenne, en raison de données toxicologiques insuffisantes, selon une analyse menée par l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR).

Selon l’étude menée par le BfR sur 1.814  substances autorisées par l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) dans le cadre du règlement REACH, 32% de celles enregistrées à un tonnage annuel supérieur à 1.000 tonnes sont non conformes, la plupart du temps sur les risques écotoxicologiques (61%), mutagènes (40%) et reprotoxiques (34%).

Le taux de substances jugées conformes est quant à lui de 31%, les 37% résiduels consistant en substances pour lesquelles des données supplémentaires seraient requises. Présentés fin août lors d’un atelier de travail organisé par le BfR, l’étude a provoqué la colère de l’industrie, rapporte le Bureau européen de l’environnement (BEE), principal réseau d’ONG au niveau de l’UE.

Bonne loi, mauvaise police

Pour Tatiana Santos, en charge du dossier produits chimiques au BEE, «l’industrie chimique viole la loi et les policiers la laissent faire. Ceci doit changer. L’UE dispose des meilleurs règles au mondes, mais celles-ci figurent parmi les plus mal appliquées».

La situation n’est pas sans évoquer celle des pesticides, dont les fabricants abusent souvent, auprès de la Commission européenne, du système de données de confirmation. Sous couvert de fournir des données supplémentaires de toxicologie, leurs produits demeurent sur le marché, via des dérogations qui perdurent.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus