Procès de l’amiante en Belgique: Eternit condamnée

Le 28 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le tribunal civil de Bruxelles a jugé lundi 28 novembre le fabricant belge d'amiante Eternit, responsable de la mort d'une femme qui habitait à proximité de son usine. Cette décision est la première de ce type en Belgique et a été saluée par les victimes.

«La demande faite il y a plus de 10 ans par Françoise Jonckheere, l'épouse d'un ancien ingénieur d'Eternit, qui produisait du béton-amiante à Kapelle-op-den-Bos, au nord de la capitale belge, est fondée», a déclaré le juge devant une quarantaine de proches de personnes mortes du mésothéliome, le cancer de la plèvre causé par l'amiante (voir JDLE).

«Les faits ne sont pas prescrits», a ajouté le juge, en condamnant la société à payer 250.000 euros de dommages et intérêts à sa famille, qui en réclamait 400.000.

Le montant décidé est toutefois supérieur à celui accordé généralement par le fonds Amiante mis sur pied par les autorités belges et aux 43.000 € que la société avait proposé à Françoise Jonckheere lorsqu'elle était tombée malade, à condition toutefois qu'elle renonce à l'attaquer en justice.

«Eternit est reconnu responsable du dommage causé à maman. C'est extraordinaire. Justice a été rendue», a immédiatement réagi Xavier Jonckheere, l'un des survivants de cette famille.

Le tribunal bruxellois a estimé qu'«il était connu depuis au moins 1967 que l'amiante pouvait causer le cancer de la plèvre et il a dénoncé le cynisme incroyable avec lequel des connaissances scientifiques ont été balayées par appât du gain», selon un extrait du jugement.

Après le jugement, l'avocat d'Eternit, Johan Verbist, qui avait également plaidé la prescription des faits, a réaffirmé que pour Eternit, il n'y avait pas eu de faute et qu'un appel de cette décision était probable.

En Italie, deux anciens responsables d'une autre branche du groupe sont jugés depuis 2009 pour la mort d'environ 3.000 personnes. Le procureur a requis contre eux une peine de 20 ans de prison et le jugement est attendu à partir du 13 février (voir JDLE).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus