Procès AZF: la formation sécurité des sous-traitants mise en cause

Le 19 mai 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Vendredi 15 mai, au cours du procès en correctionnelle du directeur de l'usine et du propriétaire de Grande Paroisse (filiale de Total), la formation sécurité des sous-traitants travaillant dans l'usine AZF a été critiquée selon l’AFP.

Le salarié de la société sous-traitante TMG qui exploitait le hangar 221 qui a explosé en 2001, provoquant 31 morts et des milliers de blessés, a affirmé n'avoir reçu «qu'une seule formation en 20 ans». Il n'était pas au courant de l'incompatibilité entre le chlore et le nitrate d'ammonium, dont le mélange accidentel est, selon l'accusation, à l'origine de la catastrophe.
Quant au chef de chantier de TMG, il estime qu’«en termes de sécurité, on avait les mêmes formations que Grande Paroisse, et en sécurité de matières dangereuses on avait des formations spéciales». Mais il n'était pas au courant du plan de prévention dans le secteur nitrate, précise l’AFP.

Dans son enquête, l'inspecteur du travail a conclu à des «manquements à l'obligation de prévention du risque» de la part d’AZF. En outre, l'avocat de la partie civile a relevé que les témoignages d'une quarantaine d'ouvriers avaient établi «une absence de connaissance des produits fabriqués et stockés, de la dangerosité de certains produits, du risque d'explosion du nitrate, et l'absence de consignes de sécurité en cas d'explosion».

Pour Serge Biechlin, le directeur de l’usine, accusé d’avoir «omis de prendre les mesures nécessaires» en termes de sécurité, l'entreprise sous-traitante avait la responsabilité de former ses salariés.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus