Probo Koala: les Britanniques jettent l’éponge

Le 30 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Greenpeace et Amnesty demandaient l'ouverture d'une information judiciaire au Royaume-Uni
Greenpeace et Amnesty demandaient l'ouverture d'une information judiciaire au Royaume-Uni

Les autorités britanniques ont rejeté la demande d’Amnesty et de Greenpeace d’ouvrir une information judiciaire sur les agissements de Trafigura. Basée à Londres, cette société a affrété le Probo Koala qui a déversé plus de 500 tonnes de déchets toxiques en Côte d’Ivoire en août 2006.

 

«Les autorités britanniques ont expliqué qu’elles manquaient d’outils, de ressources et d’expertise pour mener à bien cette enquête», révèle Amnesty UK. «Cette réponse est vraiment choquante. Cela revient à donner carte blanche aux entreprises multinationales pour commettre des crimes à l’étranger», poursuit l’ONG.  

Le déversement des déchets toxiques dans 17 sites de la ville a provoqué la mort de 17 personnes ainsi que 100.000 intoxications. Mais la réalité va bien au-delà de ces chiffres. Car 9 ans après les faits, les principaux intéressés ne savent toujours pas exactement ce que contenait cette cargaison (plus de 500 t d’un mélange de pétrole, sulfure d’hydrogène, phénols, soude caustique et composés organiques). Une chose est sûre cependant: le départ des déchets depuis Amsterdam n’était pas autorisé, pas plus que leur envoi à Abidjan.

 

Une vérité en suspens

 

Le rapport intitulé «La vérité toxique», publié en septembre 2012 par Greenpeace et Amnesty International, a démontré que Trafigura avait agi en toute illégalité, en refusant de déclarer les déchets comme dangereux alors qu’il s’agissait de résidus pétroliers toxiques, et en refusant de payer les coûts de traitement des déchets.

Au final l’affréteur, qui nie toute responsabilité, n’a été condamné qu’une seule fois en justice. Le tribunal d’Amsterdam[1] a prononcé à son encontre, en juillet 2010, une amende d’un million d’euros pour exportation illégale de déchets.

 



[1] Le Probo Koala avait fait escale à Amsterdam avant de se diriger vers la Côte d’Ivoire

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus