Problèmes d’algues à Paluel

Le 11 février 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un afflux massif et brutal en 2004 d’algues vertes dans la station de pompage assurant le refroidissement des réacteurs de la centrale de Paluel, en Seine-Maritime, a coûté plusieurs dizaines de millions d’euros à EDF. La direction du site n’a pas souhaité indiquer un montant exact lors de la présentation du bilan de l’année mais l’incident a nécessité un arrêt des quatre tranches. Si l’incident, en attendant son classement définitif fixé par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) après enquête approfondie, a été déclaré de niveau 1, et donc sans danger pour l’environnement, il a cependant fait chuter la production annuelle d’électricité de la centrale de 6%. Ce type d’incident s’étant reproduit à moindre échelle durant l’année, EDF a décidé de mener des études pour analyser le phénomène dû, selon la direction, aux nitrates d’origine agricole qui se retrouvent drainés vers la mer par les eaux de ruissellement et favorisent le développement de l’algue. Ces études devraient également être conduites sur l’ensemble des centrales nucléaires situées en bord de mer afin d’éviter que ce type d’incident ne s’y produise. Rappelons que l’usine Cogema de La Hague est autorisée à rejeter chaque année 2.400 tonnes de nitrates en mer. Des rejets que la Direction régionale de la recherche, de l'industrie et de l'environnement (Drire) de Basse-Normandie souhaite voir diminuer. Raison pour laquelle, Cogema doit présenter au début de l’année prochaine une stratégie de réduction de ses nitrates.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus