Présidentielle: les renouvelables entrent en campagne

Le 05 avril 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des mesures pour développer le financement participatif des énergies renouvelables.
Des mesures pour développer le financement participatif des énergies renouvelables.
Siemens

Enercoop et une dizaine d’ONG ont présenté leurs idées pour accélérer le développement des énergies renouvelables lors du prochain quinquennat. En vedette : financement participatif et sécurisation des investissements.

Après les poids lourds du syndicat des énergies renouvelables (SER), au tour des petits acteurs de présenter leurs doléances aux candidats à la présidentielle. Ce mercredi 5 avril, le collectif de l’énergie citoyenne[1] recevait dans une boîte de nuit parisienne les représentants des candidats présentés par LR, le PS, En Marche ! et la France Insoumise.

L’occasion, pour les militants des énergies vertes de publier une demi-douzaine de mesures concrètes pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables électriques, durant le prochain quinquennat.

15% de projets citoyens

Pour endiguer les réticences au déploiement des éoliennes ou des fermes solaires, le collectif propose d’intégrer la dimension citoyenne dans les politiques énergie-climat. Par exemple, en portant à 15%, dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la part des projets «participatifs». A l’instar de la centrale photovoltaïque installée sur la toiture du nouveau marché d’intérêt national de Rezé. Un objectif à décliner localement dans les documents programmatiques locaux: Sraddet, Scot, PCAET.

Renforcer le bonus participatif

Les ONG et le réseau de coopératives Enercoop proposent aussi de renforcer le «bonus participatif», prime donnée aux projets tout ou partie financé par l’épargne publique. «Aujourd’hui, ce mécanisme fonctionne sur certains appels d’offres photovoltaïque, il faudrait l’étendre à tous les types d’appels d’offres», suggère Anne Bringault, responsable de la transition énergétique pour le Comité de liaison des énergies renouvelables et le réseau Action Climat.

Favoriser l’investissement dans les PME

Autre idée: améliorer l’attractivité du crowfunding renouvelable, grâce à une fiscalité adaptée. Celle-ci rendrait les entreprises solidaires d’utilité sociale (Esus) éligibles aux dispositifs «ISF-PME» et «Madelin», lesquels permettent aux particuliers de réduire leurs impôts en investissant dans des PME.

Oser le circuit court

Les circuits courts ne sont pas seulement destinés à rapprocher les producteurs de denrées des consommateurs. Ca marche aussi pour l’énergie, rappellent les membres du collectif. Ces derniers préconisent d’ouvrir les dispositifs de soutien actuels (tarifs d’achat, complément de rémunération) à tous les petits producteurs. Parallèlement, le cadre de l’autoconsommation pourrait être élargi, pour favoriser la création de coopératives produisant et commercialisant leur électricité.

Reprenant une idée portée par Jean-Luc Mélenchon, les coopérateurs imaginent aussi l’ouverture d’un centre de ressources national, où les électriciens en herbe pourraient parfaire leur formation initiale.

On peut être un adepte de la finance participative et vouloir sécuriser son investissement. Raison pour laquelle, le collectif milite pour la mise sur pied de fonds d’amorçage, d’investissement et de garantie Des idées sur lesquelles phosphorent déjà les experts de l’Ademe et de la Caisse des dépôts.  

 

 



[1] Composé d’Enercoop, du comité de liaison pour les énergies renouvelables, d’Energie partagée, de la fondation Nicolas Hulot, d’ESS France, de FNE, du Labo de l’ESS, de 4D, du RAC-France et du WWF.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus