Présidentielle 2012: FNE réclame des conseillers «pesticides» indépendants

Le 20 mars 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les pesticides, enjeux de la présidentielle 2012?
Les pesticides, enjeux de la présidentielle 2012?

Alors que la «Semaine sans pesticides» a débuté aujourd’hui 20 mars, France Nature Environnement (FNE), réclame la création de conseillers indépendants en produits phytosanitaires pour les agriculteurs; ceci afin de réduire sérieusement leur utilisation en France, premier consommateur de ces produits en Europe.

«Le problème actuellement c'est que 98% des conseils sont entre les mains des distributeurs de pesticides, que ce soit les coopératives ou les négociants», explique Claudine Joly, responsable du dossier à FNE en lançant, aujourd’hui 20 mars, un appel aux candidats à la présidentielle.

Le plan Ecophyto, issu du Grenelle de l'environnement et qui vise à réduire de moitié l'usage des pesticides d’ici 2018, ne tient pas ses promesses. Au contraire, entre 2008 et 2010, l'usage des pesticides a augmenté de 2,6% pour les traitements foliaires et de 7% pour les traitements des semences, rappelle la fédération d’associations de défense de l’environnement.

«Plutôt que de taxer lourdement les pesticides, ce qui serait mal vécu par les agriculteurs, FNE réclame la création d'une nouvelle profession. Ce serait un conseil réellement indépendant qui aurait une formation et une grande compétence à la fois sur les problèmes de pesticides et sur les cultures», précise Claudine Joly. L'agriculteur ne peut pas connaître tous les impacts des pesticides pour l'environnement et sa santé, souligne-t-elle en ajoutant que le nouveau conseil devrait accompagner chaque agriculteur, un peu comme un médecin qui dirait que, selon la formule, «les antibiotiques, ce n'est pas automatique».

Les coopératives, elles, pourraient ensuite intervenir un peu comme des pharmaciens. On leur demanderait aussi des conseils d'utilisation sur les pesticides qu'on aurait encore acheter.

FNE s'adresse aux candidats à la présidentielle pour réclamer une réforme de l'évaluation des risques de ces produits pour la santé, rappelant que 73% des Français sont inquiets de la présence éventuelle de pesticides dans leurs aliments, selon un récent sondage.

«L'évaluation des risques sanitaires, confiée actuellement à l'Anses, est insuffisante», selon la représentante de FNE, car «les études pour conclure à l'absence de risques sont encore trop souvent fournies par les firmes productrices de pesticides.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus