Première édition de la Semaine africaine de l’eau

Le 31 mars 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Seules 4% des ressources en eau sont exploitées en Afrique, contre 70 à 90% dans les pays dits «développés». Ces chiffres ont été rendus publics le 26 mars par Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement (BAD), à l'ouverture de la première édition de la Semaine africaine de l'eau qui se tenait à Tunis jusqu'au 28 mars. Selon l'AFP, des experts africains et européens ont évoqué une nécessaire coopération Sud-Sud, 340 millions de personnes en Afrique n'ayant pas accès à l'eau potable, ainsi que la mise en place d'«infrastructures transfrontalières» pour le transfert de l'eau.

«La question de la pollution de l'eau qui a contribué à l'émergence de maladies comme la typhoïde, le choléra et le  paludisme, est devenue une bombe à retardement que le monde n'a pas pu désamorcer jusqu'à présent», a déclaré le président du Conseil mondial de l'eau (CME) Loïc Fauchon. D'après l'agence de presse chinoise Xinhua, il a par ailleurs souligné que la rareté de l'eau préoccupait toutes les régions du monde, compte tenu des pressions exercées sur les ressources: croissance démographique ou encore changements climatiques.

Loïc Fauchon aurait également indiqué, d'après l'agence de presse spécialiste du continent africain Panapress, qu'un groupe de travail réunissant des experts africains et internationaux devrait être mis en place prochainement pour réfléchir à un «juste tarif» de l'eau potable dans le monde.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus