Premier atlas des sols africains

Le 24 mai 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une version interactive, plus complète, est prévue avant la fin de l'année
Une version interactive, plus complète, est prévue avant la fin de l'année

Pour la première fois, les sols africains font l’objet d’une cartographie précise et compréhensible, fruit de la collaboration entre des experts de l’Union européenne, de l’Union africaine et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’objectif est de la faire connaître au plus grand nombre, afin d’aider les agriculteurs, les gestionnaires de terres et les décideurs à comprendre les impératifs d’une gestion durable, révèle The Guardian dans son édition du 23 mai.

«Jusqu’à présent, il n’existait qu’une vieille base de données mise au point par des scientifiques africains. Nous leur avons demandé de la réactualiser et nous l’avons traduite en informations compréhensibles par toutes les parties prenantes», a déclaré un membre de l’équipe, Arwyn Jones, du Centre de gestion des ressources foncières de la Commission européenne.

Lancé il y a 4 ans, cet atlas rassemble des informations précieuses pour les agriculteurs, les décideurs locaux et nationaux, mais aussi les environnementalistes. «Nous avons identifié tous les différents types de sols, et en particulier le vertisol, qui permet de réaliser de meilleurs rendements de culture et que l’on trouve principalement en Afrique centrale, australe, et en partie en Afrique de l’Ouest», observe Robert Zougmoré, chargé de programme au Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI).

Selon lui, les bureaux géologiques nationaux africains manquent cruellement de moyens pour actualiser les données. Il réclame donc davantage de soutien financier de la part des gouvernements africains.

Seul bémol pointé par un autre expert, le géologue Pedro Sanchez de l’Institut de la terre de l’université de Columbia, cet atlas n’est pas encore interactif, ce qui empêche les utilisateurs de faire la corrélation entre les ressources disponibles et leurs impacts. «Nous travaillons à une nouvelle version de la carte, qui sera interactive, disponible sur internet, et couvrira les zones non désertiques de l’Afrique sub-saharienne», a-t-il ajouté. Elle devrait être publiée avant la fin de l’année.

http://eusoils.jrc.ec.europa.eu/library/maps/africa_atlas/index.html



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus