Précarité énergétique: c'est pire que prévu

Le 24 octobre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La campagne "J'éco-rénove, j'économise" tombe à pic.
La campagne "J'éco-rénove, j'économise" tombe à pic.

Rares sont les études à quantifier la précarité énergétique. D’une façon générale, les experts estiment que 10% à 12% des Français consacrent plus de 10% de leur revenu pour satisfaire leurs besoins énergétiques. La réalité pourrait être bien plus grave.

Dans le sondage qu’il publie cette semaine, 60 Millions de consommateurs dresse une nouvelle carte d’un phénomène en pleine expansion. Réalisée à la fin de l’été par Mediaprism, l’étude montre que 84% des personnes interviewées considèrent que leur budget énergie a augmenté, voire beaucoup augmenté (57%) ces trois dernières années. Ce que confirme d’ailleurs une récente étude du Commissariat général au développement durable. Un Français sur cinq estiment que les prix de l’énergie se sont accrus de plus de 20% sur la même période.

 

34% des Français peinent à payer leurs factures

 

Plus grave, le tiers du panel reconnaît ne pas toujours pouvoir régler leurs factures d’énergie. Cette difficulté est plus marquée pour les locataires (43%) et les personnes aux revenus modestes (52% des personnes vivant dans des foyers avec moins de 1.500 euros par mois).

La campagne de sensibilisation aux travaux d’économie d’énergie, J’éco-rénove, j’économise, lancée en début de semaine par le gouvernement, tombe à pic. Car si la quasi totalité des Français ont pris de bonnes habitudes (extinction de la lumière dans les pièces inoccupées, achat d’ampoules à basse consommation), 56% d’entre eux s’avouent pas ou mal informés sur les aides financières destinées aux travaux d’économie d’énergie.

 

Une connaissance très parcellaire

 

Plus d’un Français sur quatre ignore les mesures les plus efficaces pour réduire le montant des factures. Une méconnaissance que l’on retrouve pour les systèmes d’aides financières. Le crédit d’impôt est connu de 7 personnes sur 10, mais cette proportion tombe à 1 sur 2 dès qu’il s’agit des tarifs sociaux de l’énergie. Les certificats d’économie d’énergie (un dispositif, certes en perdition) ne sont cités que par 27% des interviewés.

Chers, les travaux d’isolation rebutent les Français : 57% n’en n’ont jamais réalisés et 61% n’envisagent pas d’en faire. Pourtant, rappelle l’étude, les trois quarts des répondants qui sont passés aux actes ont remarqué une baisse de leur consommation.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus