PPRT de Feyzin: qui doit payer quoi?

Le 20 juillet 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Petite polémique autour d’un site industriel. Dans un communiqué du 19 juillet, France Nature Environnement (FNE) indique que les habitants voisins d’une raffinerie Total dans le Rhône devront payer de leur poche la mise aux normes de leur logement, eu égard aux risques qu’ils courent à proximité de l’installation. Ce que dément la mairie de la ville concernée.
 
C’est au cours d’une visite effectuée la semaine dernière sur le site de la raffinerie de Feyzin, que le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, aurait annoncé les modalités d’application du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) applicable au site.
 
«500 foyers Feyzinois devront payer 5 millions d'euros pour se protéger de la raffinerie et mettre aux normes leur logement. Toujours selon monsieur Carenco, les 10 millions d’euros supplémentaires, nécessaires à la réalisation de ces travaux, seront à la charge des contribuables français. Total n’aurait donc pas à débourser le moindre euro. Une situation invraisemblable à quelques semaines du dixième anniversaire de la catastrophe d’AZF», écrit FNE dans son communiqué.
 
Or, selon la mairie de Feyzin contactée aujourd’hui 20 juillet, le préfet est simplement venu sur le site pour donner ses orientations, afin de «redynamiser les services de la préfecture pour adapter le PPRT avant la fin 2012». Les zones qui ont besoin de travaux de confortation ont été identifiées, et les logements qui auront à faire ces travaux devraient bénéficier du crédit d’impôt pour le faire. «Moins de 10 maisons devront être expropriées, et non pas 30 comme l’insinue FNE. En ce qui concerne les 10 millions supplémentaires, un arrangement devrait être prévu entre l’Etat et Total», nous précise-t-on.
 
Contactée, la raffinerie n’a pas voulu livrer les sommes qui seraient éventuellement attribuées aux riverains dans le cadre de ce PPRT.
 
Pour rappel, la loi Bachelot de 2003 prise à la suite de la catastrophe d’AZF demande aux préfets de mettre en œuvre les PPRT autour des 670 sites industriels les plus dangereux. «Il s’agit d’un zonage précisant les risques auxquels les populations sont exposées et déterminant les expropriations, délaissements, et travaux obligatoires à mener dans les habitations pour résister, par exemple, à une explosion», détaille FNE. Une réunion d’information aurait été bienvenue pour que les riverains puissent poser leurs questions et donner leur point de vue, surtout lorsque de telles mesures sont annoncées.
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus