Poznan: dernière étape avant un accord sur le climat

Le 01 décembre 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La communauté internationale se réunit aujourd’hui en Pologne pendant deux semaines pour discuter climat. Un an avant la conférence de Copenhague, où sera négocié un accord «post-Kyoto», Poznan constitue un rendez-vous crucial. Et ce alors que les émissions de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi élevées.

Poznan (Pologne), avant-dernière étape de la conclusion du prochain accord climatique international destiné à succéder au protocole de Kyoto, qui expire en 2012. A partir d’aujourd’hui et jusqu’au vendredi 12 décembre, quelque 9.000 délégués seront réunis lors de la 14e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CNUCC). La conférence démarre avec de beaux atouts en main, même si la crise économique rend la communauté internationale frileuse, et que le calendrier tient dans un mouchoir de poche.

Ainsi, la conférence de Poznan jouira sans doute d’un effet Obama, bienvenu après 8 ans d’inertie, voire d’hostilité aux négociations climatiques, du président sortant George W. Bush. Début novembre, «pour la première fois, les Etats-Unis ont articulé un chiffre de réduction de leurs émissions», a déclaré le ministre chargé de l’environnement,Jean-Louis Borloo, lors d’une conférence de presse. Ils pourraient revenir à leur niveau d’émissions de 1990 d’ici 2020, soit une baisse de 15% de leurs émissions.

Bien que les Etats-Unis soient supposés avoir trouvé leur héraut de l’environnement en la personne de Barack Obama, «ils ne décideront d’une position internationale qu’après la conclusion d’une législation nationale», a prévenu l’ambassadeur chargé des négociations internationales sur le changement climatique, Brice Lalonde. «A Poznan, il faudra donc trouver un calendrier pour 2009, mais aussi pour les Etats-Unis» a-t-il ajouté.

Les pays en développement, eux, opteront peut-être pour une baisse de 15 à 30% de leurs émissions par rapport à la projection prévue en 2020. Reste l’Union européenne qui, bien que son objectif soit connu –baisse des émissions de 20% ou de 30% d’ici 2020 en cas d’accord international– doit néanmoins adopter son propre accord climatique, le paquet Climat-énergie. Les débats entre chefs d’Etats de l’UE doivent s’achever pendant la conférence, lors du Conseil européen de Bruxelles, les 11 et 12 décembre. Avant le vote du Parlement européen le 17 décembre. Vu les réticences de certains Etats lors du dernier Conseil d’octobre, la partie est loin d’être gagnée.

Un certain nombre de thèmes seront abordés lors de la conférence de Poznan: quels objectifs de réduction à moyen (2020) et long terme (2050), et pour quels pays? Et surtout, quels moyens politiques et financiers pour la réduction des émissions et l’adaptation au changement climatique, dont le coût s’élève à plusieurs centaines de milliards d’euros? Deux semaines de débats ne seront pas de trop pour mettre au point l’architecture d’une nouvelle gouvernance climatique mondiale.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus