Pourquoi les universités britanniques ne désinvestissent pas des énergies fossiles

Le 26 octobre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'université d'Oxford est l'une des mieux dotées par les pétroliers.
L'université d'Oxford est l'une des mieux dotées par les pétroliers.
DR

Leurs étudiants le demandent. Leurs professeurs aussi. Rares sont pourtant les universités britanniques à avoir cédé leurs actions et leurs obligations d’entreprises produisant ou exploitant les énergies fossiles. Et pour cause: elles en tirent d’énormes profits.

Selon une enquête menée par Greenpeace, une quarantaine d’universités britanniques ont reçu, directement ou indirectement, 134 millions de livres (186 millions d’euros) des industries pétrolières et charbonnières au cours de ces 5 dernières années. Cette manne provient non seulement des dividendes versés aux actionnaires, mais aussi de financements de chaires, de thèses ou de programmes de recherche.

Manchester, Cambridge, Oxford, Londres

Les universités de Manchester, Cambridge, Oxford et l’Imperial College de Londres raflent la mise: à elles 4, elles ont empoché près de 100 millions de livres.

Si une dizaine de multinationales ont soutenu l’effort de recherche de sa gracieuse majesté, Shell et BP ont versé plus de 103 millions de livres, soit 77% du total. Avec 5,7 millions versés (essentiellement aux facultés d’Edimbourg et de Manchester) Total se hisse à la 5e place du mécénat de l’université d’outre-Manche.

L’an passé, l’université écossaise de Glasgow avait annoncé son désinvestissement –en 10 ans- du secteur des hydrocarbures. Elle avait été rejointe par la suite par Warwick. En juin dernier, Oxford a annoncé ne plus vouloir participer à l’extraction des sables bitumineux.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus