Pourquoi les poissons manquent d’air

Le 07 janvier 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans l'Arctique, l'un des navires du programme Hypox.
Dans l'Arctique, l'un des navires du programme Hypox.
DR

Ce sont des «zones mortes», où la vie s’est retirée faute d’oxygène. L’hypoxie –le manque d’oxygène– frappe de plus en plus les espèces marines. Que ce soit dans les océans, les mers, les fjords, les lagons ou les lacs, les écosystèmes sont de plus en plus menacés par les pollutions telluriques et les espèces invasives, mais aussi par le réchauffement climatique. Aquaculture, pêche et tourisme s’en ressentent déjà. C’est donc pour mieux comprendre ces phénomènes préoccupants que l’Union européenne finance le projet Hypox[1]. Des chercheurs ont placé un réseau de capteurs à la surface des mers européennes dans l'espoir de mieux comprendre les impacts négatifs de la déplétion d'oxygène et la façon de les contrer.

A titre d’exemple, la mer Noire, dont plus de 80% des eaux sont anoxiques et contiennent un taux élevé de sulfure d’hydrogène, constitue le volume d’eau sans vie le plus important sur terre. «Depuis les années1960, la mer Noire a connu des changements environnementaux considérables, qui proviendraient d’une interaction complexe entre différentes pressions, principalement l’eutrophisation, l’introduction d’espèces étrangères et la surpêche», note un rapport du Parlement européen.

 

Plusieurs régions du monde sont ciblées, où la déplétion en oxygène et la sensibilité aux changements en cours sont surveillées: l’Arctique, un océan ouvert très oxygéné et très sensible au changement climatique; la mer Noire et la mer Baltique, des espaces semi fermés en état permanent d’anoxie; enfin, des fjords, lagons et lacs sujets à eutrophisation. Des chercheurs allemands, belges, britanniques, français, grecs, néerlandais, norvégiens, roumains et suédois sont sur les rangs. Des modèles sont en cours de développement, qui tentent de séparer les impacts humains de la variabilité naturelle des niveaux d'oxygène. L’analyse d’échantillons de sédiments des fonds marins fournit des informations intéressantes sur la réponse de l'écosystème aux conditions hypoxiques. Objectif: comprendre comment le milieu marin s’est, par le passé, remis de l'hypoxie.

 



[1] Hypox, pour «In situ monitoring of oxygen depletion in hypoxic ecosystems of coastal and open seas, and land-locked water bodies»

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus