Pourquoi les agrocarburants donnent faim

Le 04 octobre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
D'importantes superficies sont converties en plantations de végétaux pour carburants.
D'importantes superficies sont converties en plantations de végétaux pour carburants.

Les superficies acquises depuis 10 ans par des investissements étrangers dans les pays du Sud permettraient de nourrir un milliard d'humains, autant que de personnes souffrant de la faim dans le monde, assure l'organisation Oxfam.

Or «plus des deux tiers des transactions étaient destinées à des cultures pouvant servir à la production d'agrocarburants comme le soja, la canne à sucre, l'huile de palme ou le jatropha», indique-t-elle, jeudi 4 octobre, dans son rapport «Notre Terre, notre Vie».

«Entre 2001 et 2010, 203 millions d’hectares auraient apparemment fait l’objet de considération ou de négociations à l’échelle mondiale», soit 4 fois la surface du territoire métropolitain français.

Au Liberia, sorti en 2003 de plus de 20 ans de guerre, «30% du territoire national a fait l'objet de transactions foncières en seulement 5 ans» et au Cambodge, les ONG estiment que «56 à 63% des terres arables ont été cédées à des intérêts privés».

L'accaparement de terres a été dopé par la flambée des cours des matières premières agricoles au point que «les transactions foncières ont triplé lors de la crise des prix alimentaires en 2008 et 2009», note encore Oxfam.

Le prix du blé avait atteint un record absolu (à ce jour) le 9 mars 2008, cotant à 295 euros la tonne sur le marché européen (contre 257 € mercredi, niveau encore très élevé).

Après la nouvelle flambée des cours en août et les perspectives déficitaires en céréales pour l'année, Oxfam réclame des «mesures urgentes pour désamorcer la menace d'une nouvelle vague d'accaparements de terres».

La Banque mondiale (BM), notamment, doit consentir «un gel pour 6 mois de ses investissements dans des terres agricoles» des pays en développement, le temps d'adopter «des mesures d'encadrement plus rigoureuses pour prévenir l'accaparement des terres».

Selon Oxfam, «depuis 2008, 21 plaintes ont été officiellement déposées par des communautés estimant que des projets de la Banque mondiale violaient leurs droits fonciers».

Pour Jeremy Hobbs, directeur général d'Oxfam, «la BM est la mieux placée pour éviter que ce phénomène ne devienne l'un des plus grands scandales du XXIe siècle».

Il souhaite qu'à l'occasion de son assemblée annuelle, à Tokyo, du 12 au 14 octobre, la BM «envoie aux investisseurs du monde entier un signal fort selon lequel ils doivent mettre fin à l'accaparement des terres», et veille à améliorer la transparence des transactions foncières, en accord avec les communautés concernées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus