Pourquoi BP veut de nouveau forer dans le Golfe du Mexique

Le 27 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un an après l’arrêt de la marée noire, BP veut de nouveau forer le sous-sol du golfe du Mexique. Retour sur les lieux d’un crime dont il fut, par ses agissements, l’un des principaux acteurs, indiquait récemment un rapport du gouvernement américain? Pas seulement.
 
De tous les sites où BP est susceptible d’explorer ou de produire des hydrocarbures, ceux du golfe du Mexique sont, tout simplement, les plus rentables. Quand le prix du baril atteint 100 dollars (73,33 euros), rappelait une note de Citybank, la marge de BP dans le golfe est de 60 $ (44 €). Avant la catastrophe, le pétrogazier réalisait dans la région 10% de sa production d’hydrocarbures, mais 28% de son cash-flow.
 
Après avoir freiné ses investissements dans la zone 17 mois durant, notamment du fait du moratoire sur les forages offshore imposé par l’administration Obama, la rentabilité du pétrogazier britannique commence à fléchir. Ce qui énerve les analystes financiers. Goldman Sachs a récemment baissé la note de BP. Il était temps d’agir.
 
Avec l’aval des autorités américaines, le groupe dirigé par Bob Dudley a entrepris deux nouveaux forages, à proximité de sa monstrueuse plateforme Atlantis (89.000 tonnes de déplacement!). Et trois demandes sont en cours d’instruction, affirme Bloomberg.
 
En 2010, BP produisait 390.000 barils par jour dans la région, soit 35% de plus qu’aujourd’hui.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus