Pour une PAC créatrice d’emplois

Le 26 octobre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Moins de 4% des Européens travaillent dans l'agriculture.
Moins de 4% des Européens travaillent dans l'agriculture.

Un eurodéputé français veut lier politique agricole européenne et emplois, en soutenant les petites exploitations et en favorisant circuits courts et agriculture biologique, plus créateurs d’emplois.

Comment la politique agricole commune (PAC) peut-elle améliorer la création d’emplois dans les zones rurales? C’est l’objet d’un rapport de l’eurodéputé français Eric Andrieu, qui sera adopté le 27 octobre en session plénière par le Parlement européen. A l’exception de quelques points (comme la réorientation des primes vers les petites et moyennes exploitations), un large consensus existe entre les partis autour de la nécessité de faire de l’agriculture un secteur fort en matière d’emplois. «C’est la première fois en 54 ans que le sujet de l’emploi et de la PAC est directement abordé. L’emploi n’a jamais été une priorité de la politique agricole commune», déplore le socialiste, vice-président de la commission Agriculture du Parlement européen.

Exode rural

Le constat dressé par l’élu est malheureusement connu. Des zones rurales qui se vident de leurs agriculteurs. Des revenus et des emplois qui s’effondrent. Une population vieillissante, avec seulement 7,5% des agriculteurs âgés de moins de 35 ans en 2010 (et plus de 4,5 millions d’exploitants qui ont plus de 65 ans). Des services écosystémiques à la dérive, avec par exemple l’effondrement des populations d’abeilles. Une industrialisation à outrance, du champ à l’assiette. «Les réformes successives adoptées depuis 1992 ont favorisé les modèles d’exploitations intensifs orientés vers les marchés à l’export, au détriment des structures familiales, pourtant plus performantes en termes d’emploi et plus résilientes», souligne le vice-président de la commission Agriculture, qui plaide pour que les Etats créent des perspectives d’avenir pour les jeunes agriculteurs afin d’apporter une réponse à l’exode rural.

10 eurodéputés (toutes tendances confondues, sauf le Front national) demandent aux Etats membres «d'atteindre, à l’horizon 2020, l’objectif de 30% de produits biologiques, issus d’achats locaux, régionaux et de circuits d’approvisionnement courts, dans les commandes de restauration collective administrative». Les élus suggèrent deux leviers d’action. D’une part, la réforme du règlement relatif à l’aide à la distribution de fruits et légumes, de bananes et de lait dans les établissements scolaires, afin de rendre obligatoire l’origine biologique de l’ensemble de ces produits et de promouvoir des achats locaux ou régionaux, et les circuits d’approvisionnement courts. De l’autre, que la Commission, à travers la PAC, «accroisse les moyens en faveur de la conversion et du maintien des agriculteurs dans l’agriculture biologique».

AB et biodynamie

L’élu plaide pour une PAC résolument basée sur des agricultures de type familial, «diversifiées et multifonctionnelles, qui fassent du maintien d’un emploi correctement rémunéré sur les territoires sa priorité.» Il faudrait, souhaite Eric Andrieu, que la PAC «soutienne davantage les incidences positives de l’agriculture en termes d’emploi et d’environnement, et qu’elle appuie plus efficacement l’agriculture biologique et biodynamique et tous les autres modes de production durables.»

70% des exploitations de moins de 5 ha

L’eurodéputé rappelle que la grande majorité des paiements directs au titre de la PAC sont versés aux exploitations les plus riches. En 2014, 13% des bénéficiaires ont en effet reçu 74% des paiements directs. Une situation qui ne contribue pas à la création d’emplois agricoles, «étant donné que les petites exploitations sont à forte intensité de main-d’œuvre et que 53% des travailleurs agricoles exercent dans une exploitation à dimension économique réduite». En moyenne, l’agriculteur européen ne possède que 12 hectares de terres et 70% des exploitations agricoles ont une superficie inférieure à 5 ha.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus