Pour Londres, le pacte des USA «ne remplace pas Kyoto»...

Le 01 août 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Londres a «accueilli favorablement» jeudi dernier l’accord climatique dévoilé par les Etats-Unis, tout en s’empressant de rappeler qu’il «ne remplace certainement pas le protocole de Kyoto». Le Royaume-Uni, qui préside en 2005 le G8, a par ailleurs réaffirmé lors du sommet de Gleneagles, début juillet, que les pays du groupe ont fait «des progrès excellents» contre le réchauffement climatique. Quant à la Commission européenne, elle s'est officiellement réjouie du partenariat américano-asiatique, centré sur le développement technologique. Le contenu du partenariat n'est cependant pas encore défini, n’incluant aucun objectif contraignant pour un accord post-Kyoto. Il sera discuté en novembre à Adélaïde (Australie). La Commission a beau se sentir «encouragée» par cette initiative, elle risque de se retrouvée enfermée dans un cadre de négociations qu'elle n'a pas souhaité; les 6 pays signataires semblent en effet privilégier des objectifs relatifs tels que les émissions de CO2 par unité de PIB. Bruxelles a d'ailleurs précisé que «les technologies ne suffisent pas pour lutter contre l'effet de serre».