Post-Kyoto : le Japon se joint à l’initiative asiatique américaine

Le 28 juillet 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les Etats-Unis et cinq puissances d'Asie-Pacifique ont officiellement dévoilé à Vientiane, au Laos, un accord sur la réduction de l'émission des gaz à effets de serre (GES).

Hier jeudi, en marge d'une réunion de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean), le Japon, assurant que le protocole de Kyoto n'était pas menacé, s’est joint à cet accord complémentaire, non-contraignant, et sans aucun calendrier précis de réduction des GES. Expliqué dans ses détails par le secrétaire d'Etat adjoint américain Robert Zoellick au Laos, il implique les Etats-Unis, l'Australie et les quatre plus grandes puissances d'Asie (Chine, Inde, Japon et Corée du Sud). Ses signataires représentent près de 50% des émissions de GES dans le monde, selon R. Zoellick. Les domaines couverts par cet accord vont d'un charbon propre à l'énergie nucléaire civile en passant par l'énergie éolienne et solaire, selon le communiqué commun. Les six pays travailleront à créer «un contexte favorable pour le développement, la diffusion, le déploiement et le transfert de pratiques et technologies rentables et plus propres, existantes ou à venir». «Kyoto reste en place et la nouvelle initiative se concentre sur le transfert de technologies aux pays développés pour éliminer les émissions de dioxyde de carbone», s'est félicité le directeur adjoint de la politique climatique au ministère de l'Environnement nippon, Akio Takemoto.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus