POP: quatre substances en sursis

Le 15 janvier 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Quatre produits chimiques pourraient être prochainement interdits par la convention de Stockholm de 2001 sur les polluants organiques persistants (POP). Lors d'une réunion qui a eu lieu à Genève (Suisse) du 19 au 23 novembre dernier, l'Union européenne a proposé d'ajouter à la liste actuelle l'octabromodiphényléther (octaBDE), un retardateur de flamme, le pentachlorobenzène, utilisé comme retardateur de flamme mais aussi comme pesticide, et les paraffines chlorées à chaîne courte, utilisées dans l'industrie. Le Mexique veut, de son côté, réduire l'utilisation de deux des cinq isomères de l'hexachlorocyclohexane, utilisés comme insecticides bon marché. Pour chacun, des effets négatifs sur la santé et/ou l'environnement ont été constatés.

Les Etats qui ont ratifié la convention doivent désormais fournir des informations au secrétariat, hébergé par le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue), afin d'établir une évaluation de la gestion des risques, incluant une analyse des contrôles de mesures possibles, et des considérations socio-économiques. Les POP seront alors intégrés soit à l'annexe A (élimination), B (restriction) ou C (production non intentionnelle).

12 substances, dites «les 12 salopards», sont actuellement concernées par la convention internationale: huit pesticides organochlorés (aldrine, chlordane, DDT, dieldrine, endrine, heptachlore, mirex et toxaphène), deux produits industriels (hexachlorobenzène, polychlorobyphényls (PCB)) et deux familles produites par l'activité industrielle (dioxines et furanes).




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus